Les soldats d’Odin

Toujours aussi passionnant, Vikings gagne en puissance et fait sa mue dans cette saison 5 avec un incroyable brio.

vikings_doc

On aurait pu croire que rien ne serait plus comme avant dans Vikings, après la mort de Ragnar Lothbrok (Travis Fimmel). Et pourtant, la disparition de ce chef légendaire – figure incontournable de la série depuis son lancement – n’aura pas eu d’impact négatif sur les intrigues. Elle aura permis à d’autres protagonistes de redonner un nouveau souffle à l’ensemble, quand bien même le feuilleton n’en avait pas vraiment besoin. Parmi ces visages qui vont prendre encore plus d’épaisseur dans ces inédits, Ivar le désossé (Alex Høgh Andersen). Complètement allumé (il avait assassiné Sigurd, l’un de ses frangins, sur un coup de sang), le rejeton de Ragnar va se sentir pousser des ailes et semer la terreur autour de lui.
Face à lui, il retrouvera l’évêque Heahmund incarné par Jonathan Rhys Meyers, introduit précédemment et qui hérite d’un rôle récurrent dans cette cinquième année. « Il est à la fois un leader religieux et un guerrier, souligne le créateur Michael Hirst qui avait déjà confié la responsabilité d’endosser Henri VIII au comédien dans Les Tudors. Il est un précurseur des Templiers. Ivar et lui se ressemblent beaucoup, en un sens. Car tous les deux sont des extrémistes à la foi exacerbée. » De quoi assurer une saison haute en couleur, qui reviendra sur les difficultés à régner de Lagertha (Katheryn Winnick). Une sixième salve est dans les tuyaux. Que demander de mieux?

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité