Papa ou maman se prolonge en série

La rupture des parents peut être un désastre pour les proches mais un bonheur pour le public…

papa_ou_maman_doc

Le film Papa ou maman, sorti en 2015, repose sur un postulat terriblement provocateur. Florence et Vincent se séparent à l’amiable après quinze ans de mariage, jusqu’à ce qu’ils reçoivent, l’un et l’autre, une proposition professionnelle de rêve. Pour s’y investir totalement, aucun des deux ne peut se permettre d’avoir la garde des enfants. Ils vont donc tout faire, y compris pourrir la vie de leurs gamins, pour les convaincre de choisir l’autre… Les parents monstrueux, Laurent Laffite et Marina Foïs, s’en donnent à cœur joie dans cette comédie cynique et jubilatoire. Le succès a ouvert la voie à une suite, tout aussi réussie, où les enfants sont un peu épargnés. Puis, au lieu d’enchaîner avec un Papa ou maman 3, comme tout le monde, les scénaristes, Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière (fils de Denys, le réalisateur d’Un taxi pour Tobrouk notamment), ont choisi d’adapter le concept en série.

Selon toute vraisemblance, cette première saison de six épisodes devrait avoir des petites sœurs, parce qu’elle réussit à s’inscrire dans la tradition des comédies à la française où le comique de situation laisse de la place à la finesse et à l’esprit. Cette fois, les scénaristes ont évité de choquer les téléspectateurs avec le martyre des enfants sacrifiés. Quand leur couple éclate, Isabelle et César (Émilie Caen et Florent Peyre), les héros de la série, mettent toute leur énergie à se voler dans les plumes parce qu’ils ne peuvent plus s’encadrer mais aussi, plus classiquement, pour rester au plus près de leurs trois mômes. Dans leur combat sans merci, ils feront d’autres victimes collatérales, et n’hésiteront pas à instrumentaliser leurs parents et amis. Bien écrite et dialoguée, Papa ou maman – la série se positionne, si elle tient ses promesses, comme l’héritière de Fais pas ci fais pas ça. Et on s’en réjouit.

Plus d'actualité