Opération prestige avec Le grand échiquier

L’émission mythique de Jacques Chancel, fait son retour sur France 2 avec Anne-Sophie Lapix.

anne-sophie_lapix_f2

On en parlait depuis des plombes. Et plus particulièrement depuis qu’en janvier 2015 France 2 a ressuscité l’émission le temps d’un hommage à Jacques Chancel, décédé quelques semaines plus tôt. Ce soir-là, Frédéric Taddéi, référence culturelle ultime de France Télévisions, réunissait Juliette Gréco, Renaud Capuçon, Oxmo Puccino, Julien Clerc, Barbara Hendrickx, Francis Huster, Nicolas Bedos, etc. Du beau monde, représentant toutes les facettes de l’art du spectacle, pour jouer, chanter et parler culture… C’est ce qu’a fait Le grand échiquier pendant 18 ans, accumulant les rencontres fabuleuses et d’incroyables moments d’émotion. La grand-messe du divertissement de prestige a vu passer tout le monde, osé tous les contrastes et évoqué tous les sujets dans une ambiance chaleureuse embrumée petit à petit par la fumée de cigarettes. Mais dans les années 80, difficile de continuer à faire recette avec une émission de trois heures qui mêle classique, jazz, chanson et même poésie. L’audimat a fini par gagner la bataille et Le grand échiquier a fait ses adieux le 21 décembre 1989.

Près de 40 ans plus tard, le revoilà. Avec Anne-Sophie Lapix cette fois. Une femme intelligente et cultivée, qui peut parler de tout avec n’importe qui sans perdre une étincelle de son sourire. Moins clivante que Taddéi, que France Télévisions a renvoyé à ses foyers en juin, mais crédible, avec une vraie carrure médiatique. Le principe reste identique: un rendez-vous culturel de prestige, en direct – ce qui est exceptionnel aujourd’hui -, mêlant les genres et les générations, où trois invités mettent en évidence des artistes qui les ont marqués. Pour cette première au Palais des Beaux-Arts de Lille, il s’agit de Daniel Auteuil, Roberto Alagna et Aurélie Dupont, (ex-)danseuse étoile et directrice du ballet de l’Opéra de Paris. L’émission-spectacle devrait revenir quatre fois par an. Reste à savoir si ce type de prime time événementiel haut de gamme peut s’implanter durablement. Mais on a envie d’y croire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité