La grande muraille du Japon

Rempart de la liberté

muraille_anti-tsunami_japon_belgaimage-91205550-full

Il atteint jusqu’à 15 mètres de hauteur et s’étend sur une distance de 500 kilomètres. Au Japon, le mur anti-tsunami a vu le jour dans la foulée de la catastrophe de mars 2011. Souvent considéré comme un désastre écologique, économique – il a coûté 12 milliards de dollars alors que des victimes attendent encore d’être relogées -, il est aussi esthétique et culturel. Auteur d’un travail sur le sujet, le photographe japonais Tadashi Ono explique aux Inrocks que “la digue crée un illusoire sentiment de sécurité et nous fait perdre l’instinct et la connaissance sur les tsunamis”. Des hublots ont certes été installés sur certains murs pour garder un œil sur la mer, mais ils n’effacent pas le sentiment d’emprisonnement.

Plus d'actualité