Grands reporters : Pornocratie

Grands reporters veut percer les secrets qui se cachent derrière les vidéos X qui inondent le net.

pornocratie_ovidie_belgaimage-75527699-full

Le terme “pornocratie” revêt à l’origine un sens religieux. Difficile à croire et pourtant vrai, la pornocratie pontificale désignant une période bien sombre de l’Histoire du Vatican, marquée par une papauté courtisée par les filles de la famille du sénateur Théophylacte. Ainsi, le Pape Serge III, en plus d’avoir fait assassiner deux de ses prédécesseurs, a mis enceinte une jeune fille de quinze ans. Bref, un beau bordel où le sexe occupe une importante part. On ne sait pas si la pornocratie telle que nous l’entendons aujourd’hui a un lien direct avec les aventures de Serge III mais il est certain que, dans nos esprits, la dimension religieuse a totalement disparu. La pornographie aujourd’hui, c’est cent milliards de pages de sites visitées chaque année sur Internet, où Youporn et Pornhub, deux références en la matière, avalent 2 % de la bande passante. Autre chiffre marquant: en six ans, la planète a visionné plus d’un million d’années de vidéos X. Le secteur devrait donc tenir la forme. Pourtant, il n’a jamais été aussi en difficulté. Les faillites des boîtes de production s’enchaînent et le milieu du X vit à crédit. Sans surprise, ce sont les actrices qui en souffrent le plus, obligées de repousser chaque jour un peu plus les limites du hard pour chaque jour un peu moins d’argent.

Michaël Miraglia et ses Grands reporters plongent ce mardi soir dans un univers où le malsain ne provient plus du fonds de commerce centré autour du sexe mais des pratiques de quelques-uns. Historiquement, le pornocrate faisait de la jouissance sa philosophie de vie. Aujourd’hui il profite d’une industrie touchée qui n’a pas les moyens de se défendre face aux affres de la rentabilité économique. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité