Transparent : touché par la disgrâce

Malgré les accusations dont a fait l'objet l'acteur principal, il faut voir cette quatrième saison de Transparent.

transparent_betv

On peut parler de gâchis. Alors que l’excellente quatrième salve débarque chez nous, Transparent – ode à la tolérance – a été entaché par les accusations d’agressions sexuelles qui pèsent sur Jeffrey Tambor, l’acteur principal qui incarne ici une femme transgenre d’une soixantaine d’années. Le comédien, que beaucoup portaient aux nues et qui aurait fauté sur le tournage même de la série, a d’ailleurs été licencié dans la foulée. Une cinquième et ultime fournée devrait tout de même voir le jour sans lui.

Si l’on veut bien passer outre ce scandale, pour ne s’intéresser qu’aux intrigues et à ses personnages toujours aussi hauts en couleur, cette saison (réalisée avant ces événements) se veut incontournable, en offrant de nouveaux horizons à ses aficionados. Maura Pferfferman, l’héroïne, va se rendre, en effet, en Israël pour donner une conférence. Un voyage qui s’apprête à la bouleverser définitivement, alors qu’une rencontre qu’elle n’imaginait même pas va se produire. Ses enfants – Sarah (Amy Landecker), Ali (Gaby Hoffmann) et Josh (Jay Duplass) – risquent d’être secoués, alors qu’à l’entame de ses inédits, la plupart sont restés en Californie. En ligne de mire de ces épisodes, « la manière dont Dieu résonne en eux », soulignait au lancement Jill Soloway, créatrice de Transparent qui prévoit de conclure l’ensemble par un chapitre musical.

Sur le même sujet
Plus d'actualité