Congo Lucha : chiens de garde de la démocratie

Rencontre avec des Congolais qui ont consacré leur jeunesse à l’émergence de la démocratie.

congo_lucha_rtbf

Le Congo vivra le 23 décembre prochain les troisièmes élections présidentielles démocratiques de son histoire. Des élections qui se dérouleront deux ans et trois jours après l’expiration officielle du second mandat de Joseph Kabila. Les manœuvres du président sortant pour s’accrocher au pouvoir et les reports successifs ont entraîné une vague de contestations violentes dans le pays, causant plusieurs dizaines de morts. Une association de lutte pour les droits humains et pour la démocratie a particulièrement œuvré durant ces temps troublés, la Lucha. Acronyme de Lutte pour le Changement, l’association voit ses militants descendre dans la rue, déterminés à préserver le début de démocratie qui émerge par bribes dans le pays depuis les premières élections démocratiques en 2006.

Quand elle a commencé à suivre les militants de la Lucha, Marlène Rabaud ne s’imaginait pas s’engager dans un combat aussi long pour des élections un tant soit peu crédibles. La Lucha est née en 2012 à Goma, durant la guerre qui faisait rage dans l’est de la RDC. Le bordel électoral lui a offert une nouvelle mission, dont la réalisatrice se fait le témoin privilégié. Aidée de techniciens congolais, elle rend compte des trois dernières années des militants de la Lucha, entre espoirs et intimidations. Depuis le début, l’association doit en effet composer avec les interpellations, les arrestations arbitraires et les morts suspectes de certaines de ses figures. Ces derniers mois ont augmenté la visibilité de ces jeunes combattants de la liberté et il n’est plus possible pour les autorités de les ignorer ou de les minimiser. Ils ont d’ores et déjà obtenu la sortie de Kabila, reste à voir si leurs aspirations démocratiques se confirmeront à la veille de Noël.

Sur le même sujet
Plus d'actualité