Effeuiller l’album de souvenirs de Manu Bonmariage

Dans Manu, Emmanuelle Bonmariage trace le portrait intime de son cinéaste de père. Un retour à Strip-Tease s’imposait!

manu_rtbf

On le sait, tourner Strip-Tease, aujourd’hui, ce ne serait plus possible. Le regard des gens à la caméra a changé avec la télé-réalité, la société a muté, les budgets ont chuté, la raison l’a emporté. Voilà sans doute pourquoi, depuis 33 ans, ces pépites documentaires ne cessent d’être rediffusées, redécouvertes. Et applaudies. Cette semaine, La Deux et Auvio nous font donc le plus décalé des cadeaux: la nuit Strip-Tease (qui s’étirera durant deux semaines sur Auvio). Le vrai miracle de Noël, il est là! C’est aussi le moment de rendre un hommage particulier à Manu Bonmariage, le père spirituel de l’émission.

Dans le film qu’elle lui a consacré, sa fille, Emmanuelle, a fort à faire avec son sujet. On ne fait pas ce qu’on veut avec le pape du cinéma du réel. Dans son travail, il refuse la mise en scène, l’interview, la voix-off, la musique. Alors devant, il refuse, aussi, de s’y coller. Cela donne des engueulades aussi émouvantes que passionnantes. A 76 ans, ce trublion ardennais est atteint d’Alzheimer. Mais ce n’est pas la maladie qu’on filme. Manu n’est pas un Strip-Tease, ou en tout cas pas un strip-tease intégral.

Emmanuelle choisit de mettre en scène, intervient, pose des questions, est présente et se pose en filtre. Dès lors, elle décide, aussi, de se laisser mener par son sujet. Elle lui accorde sa pudeur. Le portrait est intime, sensible, mais exempt de ce voyeurisme qu’on a parfois, à tort ou à raison, reproché à l’émission, et particulièrement aux reportages de son père. On passe de séquences mythiques de reportages aux rencontres avec les copains, aux balades ou aux fêtes de famille. Bonmariage ne lâche pas sa caméra, la mise en abyme est constante: “J’aimerais filmer mon enterrement”, lance-t-il, blagueur avant de confier, dans la mine de Blégny: “La caméra, c’est ma maîtresse, j’aime la sentir entre mes mains. Cette sensation, en filmant les gens, de les caresser”. Voilà pourquoi, lorsqu’elle le filme, elle n’est jamais froide.

Sur le même sujet
Plus d'actualité