Le nouveau Musée de Tervuren ouvre ses portes

À l'occasion de cette réouverture, La Une propose un documentaire exceptionnel, Totems et tabous - l’occasion de revisiter une histoire coloniale pas encore vraiment apaisée.

tervueren_belga

Rarement un événement culturel aura été aussi attendu en Belgique que la réouverture du Musée de Tervuren, fermé depuis 2013 pour rénovation. Créé à l’initiative de Léopold II qui n’en verra pas l’inauguration en 1910, ce haut lieu de l’histoire belgo-congolaise avait bien besoin d’une muséologie modernisée et d’une remise en perspective de son contenu jusque dans ses facettes les plus sombres.

Une démarche mise en exergue par le documentaire Totems et tabous de Daniel Cattier, déjà coauteur du film Les routes de l’esclavage. Documents et interviews à l’appui, voici recontextualisée l’acquisition du Congo à titre personnel par Léopold II, sous prétexte de lutte contre l’esclavagisme arabe. Réexaminées également une gestion souvent brutale, et dès 1908 une administration coloniale par la Belgique à qui le roi avait légué ce territoire. Il est aussi question de traces laissées par ce musée dans l’imaginaire des Belges. Guido Gryseels, son directeur, qui souhaite voir ce lieu devenir un point de rencontre entre la Belgique et l’Afrique, raconte comment il fréquenta Tervuren dès l’enfance. “Et j’avais peur de toutes ces lances, de tous ces serpents”, dit-il.

Ce lien complexe entre la Belgique, “son” (!) Congo et son musée colonial, Bambi Ceuppens, anthropologue à Tervuren, l’explique par une Belgique en quête d’identité nationale via un projet colonial fédérateur. D’autres intervenants, le conservateur Julien Volper, l’historienne Sarah Van Beurden ou encore Henri Bundjoko du Musée National de Kinshasa se concentrent sur des sculptures amenées par des agents de Léopold II, des colons et aussi des missionnaires qui, par ignorance ou intérêt, ont nié ou déformé le sens qu’elles avaient pour les populations congolaises. Après le film, l’on aura droit à un débat que l’on prévoit passionné – on y parlera aussi de la restitution de pièces muséales! – animé par Sacha Daout et Élodie de Sélys au cœur même du nouveau musée. Une occasion unique de le découvrir en avant-première.

Sur le même sujet
Plus d'actualité