Bel RTL vire de bord

Après la Matinale confiée à Bérénice en septembre, la radio accentue son évolution vers le divertissement en supprimant On refait le monde dès la fin de l'année.

Patrick Weber Bel RTL

Erwin Lapraille, nouveau boss des radios de RTL, avait expliqué clairement qu’il comptait revenir à l’ADN de la chaîne. On a déjà assisté à la remise en avant de certains personnalités historiques, comme Bérénice ou Jean-Michel Zecca, ou d’émissions emblématiques comme le Stop ou encore. La nouvelle mouture de la Matinale – en perdition les saisons passées – a réduit l’espace dédié à l’info pour donner la priorité au ton léger et convivial.

Il semble que ce soit la même volonté d’offrir une radio « feel good » (le maître-mot de… Contact) qui soit à l’origine de la suppression d’On refait le monde. Depuis cinq ans, le débat de Patrick Weber et ses polémistes assure de très belles audiences et a permis de découvrir nombre de personnalités hors norme. Il ne s’agit d’ailleurs pas de sanctionner l’émission, mais de procéder à une réduction budgétaire en même temps qu’à un changement de cap. On refait le monde devrait en effet être remplacé par un talk-show de divertissement – ce qui inquiète des journalistes de la chaîne, qui voient dans cette décision une nouvelle marque d’un effacement progressif de l’info sur Bel RTL.

La fin d’un espace de liberté?

Hasard de calendrier, Emmanuelle Praet, polémiste extrême et tapageuse dans On refait le monde et ailleurs, a été suspendue par RTL depuis sa dernière sortie dans C’est pas tous les jours dimanche. Elle s’en est prise, pour faire taire les gilets jaunes, aux électeurs qui, en Wallonie « votent toujours pour les mêmes », et à ceux qui se plaignent des taxes environnementales alors qu’« aux dernières élections, Ecolo a fait un bond », les invitant tous à « réfléchir quand même un peu ». La tirade a énervé beaucoup de monde, notamment Zakia Kattabi, coprésidente d’Ecolo, qui a demandé sur Twitter une « condamnation ferme de cette désinformation ». La chaîne, elle, s’est immédiatement désolidarisée de la chroniqueuse en prononçant sa suspension en radio et en télé.

Or même si elle a (presque?) autant d’ardents détracteurs que de partisans chauds bouillants, cette mise à pied laisse un sentiment de malaise. Ce qui dérange, ce n’est pas qu’on tape sur les doigts d’Emmanuelle Praet, c’est qu’on le fasse aujourd’hui. En même temps que sont supprimés les débats, très cash, d’On refait le monde, et à quelques mois des élections fédérales. On peut vomir ce que dit la chroniqueuse, on peut détester la manière dont elle le dit sans se réjouir qu’on la réduise au silence. D’autant qu’elle a déjà fait des déclarations bien plus tempêtueuses et que c’est pour cela que RTL a fait d’elle une de ses grandes gueules préférées, en télé comme en radio.

On verra dans les mois à venir si cette concordance des temps malvenue est symptomatique d’un nouvel état d’esprit. En attendant, Patrick Weber se dit déçu de l’arrêt de son émission. « Je regrette la décision de la station. On avait réussi à installer un espace d’expression et de liberté, qui faisait le relais entre ceux qu’on appelle les leaders d’opinion (avocats, journalistes…) et ceux qu’on n’entend jamais. Je tire beaucoup de fierté du fait qu’on a essayé d’être populaires sans verser dans le populisme, et qu’on a abordé tous les sujets sans se mettre aucun tabou. Nous n’avons d’ailleurs jamais subi la moindre censure de la part de RTL, même sur les sujets politiques ou les migrants… Dans la société dans laquelle on vit, avec les difficultés qu’on traverse, je trouve qu’on a intérêt à multiplier les espaces d’expression et de dialogue. Mais je ne suis pas popriétaire de la station… ».

Le journaliste restera-t-il sur Bel RTL et si oui pour y faire quoi ? « La direction m’a fait des propositions et je les examine ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité