The Revenant, DiCaprioscar

Souvent cité, jamais récompensé: Leonardo DiCaprio a dû patienter longtemps avant de décrocher enfin un Oscar bien mérité.

the_revenant_doc

Longtemps victime d’un délit de belle gueule, DiCaprio passait aux yeux de beaucoup davantage pour un beau gosse que pour l’excellent acteur qu’il a toujours été. Tels un Scorsese et un Spielberg qui reçurent tardivement un Oscar, le comédien dut également ronger son frein plus d’une fois. La statuette dorée lui échappa à quatre reprises, jusqu’en mars 2016 où il put enfin crier victoire grâce à The Revenant. Leo y est totalement habité par son rôle, celui d’un trappeur laissé pour mort par ses pairs et qui va devoir survivre dans l’environnement hostile des grandes plaines américaines.

Pourtant, cette grande épopée sauvage tournée par Alejandro González Iñárritu avait tout du casse-gueule, tant les conditions de tournage compliquèrent le projet. En effet, plutôt que rester bien au chaud en studio devant un fond vert, le réalisateur a choisi de privilégier l’authentique. Et donc, d’emmener toute son équipe au Canada, dans les montagnes Rocheuses, histoire d’y apprécier les conditions hivernales locales. Il sera servi: blizzard, températures baissant jusqu’à -30°, doigts meurtris par le gel… et finalement, un manque de neige obligeant la production à se déplacer en Terre de feu, au fin fond de l’Argentine, pour y trouver en suffisance la poudreuse tant désirée. Évidemment, la rumeur criera au désastre. Lequel sera démenti de manière éclatante par un film époustouflant qui raflera 3 Oscars. Dont celui de DiCaprio, qui conclura son discours de remerciement par un message aussi universel que personnel: “Soyons tous conscients que cette planète n’est pas un acquis. Je ne prends pas cette soirée pour acquise!”

Plus d'actualité