Balthazar, la nouvelle star

Tomer Sisley incarne avec brio un médecin légiste, peu soucieux des conventions. Savoureux.

balthazar_rtbf

L’une des premières scènes donne le ton d’entrée de jeu. Raphaël Balthazar déboule sur une nouvelle scène de crime, dans sa voiture datant du siècle dernier, et prend le temps de savourer sa tartine à la confiture avant de faire le point avec Delgado, le flic de service. Celui-ci l’informe que la commandante Bach (Hélène De Fougerolles) – récente recrue de la Criminelle – sera en charge du dossier: le meurtre d’un procureur et de son épouse. Pas franchement emballé, Balthazar se fend d’un long soupir, prétendant que la nouvelle souffre d’un « cancer du sourire »– alors que la commandante est présente à deux pas. La collaboration entre ces deux-là s’annonce compliquée.

Le duo n’est pas sans faire penser à celui formé précédemment par Teresa Lisbon et Patrick Jane dans Mentalist. Un héros avec qui Balthazar partage quelques ressemblances. Ecorché par la vie, il reste d’humeur pétillante même s’il se laisse parfois rattraper par ses démons. Dans son métier, il est doué et n’hésite pas à outrepasser son domaine plus que de raison. Pour l’incarner, la production a choisi Tomer Sisley. Après avoir interprété Largo Winch au cinéma, l’acteur semble désormais se tourner vers la télévision. En début d’année, c’est lui qui était à l’affiche d’une autre série produite par TF1, Les innocents. Et l’année prochaine, on le découvrira dans la nouvelle grosse production Neflix, Messiah, où il incarnera un rôle majeur, dans la peau d’un agent israélien. Initialement, TF1 n’avait commandé qu’un pilote de Balthazar avant de décider de la suite ou non de l’aventure, à l’instar des Chamois (dont la première saison est diffusée ce jeudi sur La Une). Mais face à la qualité et à la crédibilité de la série, la chaîne a directement commandé une saison complète. Dommage que celle-ci ne fasse que six épisodes….

Plus d'actualité