François Berléand aux sports d’hiver

Le comédien retrouve Julie Depardieu, Isabelle Gélinas, François Vincentelli et Stéphanie de Crayencour pour les nouveaux épisodes de la série Les chamois.
 

chamois_berleand_rtbf

L’épisode pilote diffusé l’an dernier a séduit. Six nouveaux épisodes ont été mis en boîte, avant d’autres prévus en 2019. En chutant à ski sur le tournage, l’acteur s’est brisé le fémur. Son premier accident de travail, à… 66 ans!

Comment allez-vous, aujourd’hui?

FRANCOIS BERLEAND – Maintenant, ça va. Je boîte encore un peu et il me reste quelques douleurs. Du coup, certaines scènes ont été réécrites, car pendant un moment, je ne pouvais être qu’assis ou allongé! Et heureusement, la scène de lit prévue avec Julie Depardieu ne réclamait aucun effort, puisque nos personnages se détestent (rire). Après, on a fait avec. Mais il valait mieux, car j’étais le soir sur les planches…

… et que ces Chamois, vu leur réussite, risquent de devenir récurrents!

Absolument! En ce moment, on se voit d’ailleurs avec les scénaristes, dont l’équipe s’élargit, pour aborder la suite, qui se tournera de mars à juillet 2019. C’est un long tournage, mais je sais déjà que je ne mettrai plus un pied sur un ski. Pour moi, ce sera soit dans le village, soit en studio! Voire aux Maldives ou à l’Île Maurice, qui sait (rire)…

On est bien d’accord, on reste ici dans du vaudeville pur…

Oui, c’était l’idée de départ de mettre des personnages qui se haïssent, comme le patron d’entreprise que je joue, obligé de passer ses vacances avec son délégué syndical (rire). L’avantage aussi, c’est que le réalisateur, Philippe Lefèvre, est un acteur: cela nous permet de faire des séances entre nous, pour parfois réécrire des scènes et trouver le bon ton. On sent un vrai esprit de troupe, on prend du plaisir et ça se tourne vite, c’est formidable. Que demander de mieux?

La suite, pour vous?

Là, je suis en tournée théâtrale, avec Ramsès II. Je passerai d’ailleurs chez vous en décembre, au Centre Culturel de Huy et au Wolubilis de Bruxelles. Je viens de finir La vérité si je mens 4, avant d’enchaîner sur le prochain film de Cédric Klapisch. Ah, et cet été, j’ai tourné L’esprit de famille, un film où je donne la réplique à Josiane Balasko. Cela peut paraître beaucoup, mais quand on a cette chance innée de vivre de son plaisir, on en profite…

Sur le même sujet
Plus d'actualité