Dépeins-moi un meurtre

Éléonore Gosset et Nicolas Gob mènent de nouvelles enquêtes dans le milieu artistique, dans la saison 2 inédite de L'art du crime.

art_crime_f2

Antoine Verlay (Nicolas Gob) et Florence Chassagne (Éléonore Gosset) reprennent du service sur France 2. Le duo, qui mène des enquêtes pour l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), se retrouvera face à des crimes mystérieux. Le premier? Le propriétaire d’un faux tableau de Monet est sauvagement assassiné. Mais, puisque la peinture est une copie, pourquoi le meurtrier a-t-il pris la peine de l’emporter? Pourquoi assassiner pour une contrefaçon? La deuxième saison de L’art du crime (trois enquêtes sur six épisodes) poursuit sur la lancée de la première. Soit une historienne de l’art névrosée et un capitaine de police bourru, devenus partenaires pour résoudre des crimes liés à l’art. La solution de l’énigme se trouve toujours dans une œuvre.

Les premiers épisodes de la fiction avaient suscité un certain engouement de la part du public mais aussi des critiques. Sans doute parce que le programme propose un concept peu commun: il mêle intrigue policière et étude d’un chef-d’œuvre. En plus d’offrir des enquêtes de bonne facture, la production intègre sans y toucher une dose de culture. Cette année, ce sont Claude Monet mais aussi Gustave Courbet et Jérôme Bosch qui seront mis à l’honneur. Au fil des enquêtes, les inspecteurs emmènent le public aux quatre coins du Paris culturel. Ils se rendront ainsi au musée du Louvre, au musée d’Orsay, sur le parvis de l’Hôtel de Ville, dans le parc des Buttes Chaumont, sur la place Vendôme,. L’occasion de faire un peu de tourisme, vissé sur son divan. C’est certes moins glamour mais quand même moins onéreux que sur place. Et pour ceux qui se passionnent aussi pour les personnages de la série, sachez que les héros vont se découvrir un passé commun. Tout le monde devrait y trouver son compte.

Plus d'actualité