Demain, et après?

Cyril Dion revient sur les initiatives pour l'environnement qu’a inspirées le film Demain. Car le travail est loin d’être fini.

apres_demain_rtbf

C’est peu dire qu’un tel retentissement du film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent, sorti en 2016 et qui mettait en lumière un tas d’initiatives durables, était inattendu. Au travers d’un voyage les emmenant dans dix pays, ils rendaient compte d’histoires à échelle humaine qui donnaient envie d’y croire encore un petit peu. L’espace de quelques mois, le succès phénoménal du film a réveillé les consciences écologiques les plus enfouies. Deux ans et un million et demi de spectateurs plus tard, il est déjà temps, car les catastrophes climatiques n’attendent pas et qu’on ne tape jamais assez sur le clou en matière d’environnement, d’étudier l’influence du film à moyen terme et de revenir sur ceux qu’il a pu inspirer.

Si Cyril Dion a l’air de tirer sur la corde et que la démarche peut paraitre quelque peu narcissique aux premiers abords, elle trouve heureusement son intérêt dans la subtile confrontation que le réalisateur à la barbe de trois jours propose avec son amie Laure Noualhat. Cette journaliste française habituée des sujets environnementaux, qu’elle couvre notamment pour Libération, a la particularité de ne pas croire à l’impact des micro-initiatives personnelles sur le dérèglement climatique. Un scepticisme teinté d’un pragmatisme d’échelle que Cyril Dion veut mettre à mal en l’embarquant dans ce nouvel éco-trip citoyen. L’occasion également de voir ce qui fonctionne mais aussi de remettre certaines idées en question. Après demain emprunte à son prédécesseur son ton léger qui en fait un nouveau feel good movie bien utile.

Sur le même sujet
Plus d'actualité