Un Obispo sincère dans le taxi de Jérôme Colin

Pascal Obispo joue les bons clients dans ce Hep Taxi! qui roule dans tous les sens. Bon millésime.

obispo_rtbf

Son onzième album vient de sortir et il se nomme, en toute simplicité, Obispo. Il est comme ça, Obispo, à la fois sincère, entier et un peu too much. Le disque signe un retour aux sources pop rock et une histoire d’amitié, de bande, qui réunit autour du chanteur un sacré casting de peoples fidèles. Calogero, Benjamin Biolay, Isabelle Adjani ou son épouse Julie Obispo y ont apporté leur pierre.

Pour s’y consacrer, le coach a abandonné le fauteuil rouge de The Voice. Un vrai nouveau départ ou une renaissance, donc. Ce nouvel opus révèle l’homme, aujourd’hui, et fournira un formidable point de départ à la discussion de ce soir. Obispo est dans un bon jour, en forme, en paix, de bon poil. Sans doute, aussi, la réputation de Jérôme Colin et de son émission ont-ils mis la star en confiance.

Il est content, Pascal. Content d’être là, lui qui confesse des liens particuliers avec la Belgique et son public fidèle, qui l’a soutenu dès ses débuts en 1992. Content de revenir sur scène, avec la tournée qui se prépare et passera forcément par chez nous. Durant la balade, l’interprète de Plus que tout au monde reviendra sur son parcours, ses expériences, ses engagements, ses passions, ses collaborations. L’ex Captain Samouraï aborde, pèle mêle, sa passion pour le foot, sa vision de notre époque, ses combats pour l’écologie, son implication dans la lutte contre le sida. On verra aussi, inévitablement, son rapport à ses mentors, son éternelle revendication d’“être fan”.

À l’initiale, on avait craint le discours policé de la promo, les entourloupes du vieux routard des médias, le retour de considérations déjà entendues partout ou des sujets tabous. Au hasard des rues, on oublie le personnage, pour redécouvrir l’artiste. Une belle réussite.

Sur le même sujet
Plus d'actualité