La patrie reconnaissante

On jugerait plus sûrement un homme d’après ce qu’il rêve que d’après ce qu’il pense”, écrivait Hugo dans ses Misérables. Un bon fil rouge pour cette semaine.

victor_hugo_fr2

Qu’est-ce qu’ils ont avec papy Victor ? Cette année 2018 n’amène pas de grand anniversaire (mort, Panthéon, naissance, guerre de 1870, Misérables, rien ne tombe juste). Qu’importe, il y a matière avec Hugo. L’écrivain dessinateur mérite de voir son talent sortir de la poussière des anthologies. L’homme politique, par l’évolution de ses idées, fournit un sujet digne d’inspirer nos contemporains… Quant à l’individu, en privé, il a collectionné les amours romanesques et les éclats. À nous deux Victor et merci au service public français d’avoir travaillé ses angles. On nous épargne donc la biographie académique, pour aborder ces différentes facettes. Tout n’y sera pas dit mais c’est pas grave, on y apprendra du nouveau.

Tout particulièrement dans l’édition spéciale de Stupéfiant! qui aborde l’ego du grand Homme. On y découvre comment, le premier, il a utilisé la photographie pour poser son personnage, comment (bonne idée), il a réalisé lui-même ses propres caricatures, bref, un stratège marketing derrière la plume. On y découvre que si ses funérailles ont rassemblé un million de personnes, c’est aussi parce qu’il les a soigneusement pensées de son vivant. Le parallèle avec Johnny et d’autres gloires s’imposait, il donne à penser. On verra aussi comment l’école s’approprie son ton pour le rendre cool et le bousculer un peu. Au vu du reste, on se dit que ça lui aurait plutôt plu (et qu’il aurait sans doute initié la démarche lui-même). Pour la suite, le documentaire inédit, Victor Hugo, un siècle en révolutions, que diffuse France 5 à 22h40, analyse l’évolution de sa pensée bourgeoise vers la gauche extrême… Ce qu’aborde aussi la série Victor Hugo, ennemi d’État, à travers la fiction. Saviez-vous qu’il détestait l’école?

Sur le même sujet
Plus d'actualité