Objectif Top chef, et au-delà…

Après une pause d'une saison, Philippe Etchebest repart à la chasse aux meilleurs apprentis.

objectif_rtl

Il est loin le temps où les gamins se retrouvaient à l’école hôtelière parce qu’ils ne savaient rien faire d’autre, au grand dam de leurs parents. Aujourd’hui, un cuistot débutant cache peut-être un futur étoilé, et les grands chefs valent largement un sportif ou un comédien réputé sur l’échelle de l’admiration populaire. Objectif Top Chef agite une carotte supplémentaire devant les élèves doués et bosseurs. Car un passage dans l’émission, c’est une rencontre avec la star des Meilleurs Ouvriers de France, une chance de rejoindre un concours ultra-médiatisé voire même de le remporter – comme ça a été le cas en 2015 pour Xavier Koenig, aujourd’hui consultant -, et une belle manière de se faire repérer. Plusieurs apprentis sont ainsi passés ensuite par les cuisines de parrain Etchebest.

Ce rôle de parrain prendra une dimension différente cette année. Si précédemment le gagnant d’Objectif Top chef se retrouvait sur la même ligne de départ que les professionnels lors du démarrage de Top chef, au risque de se voir éliminé dès la constitution des brigades, cette fois, il fera d’emblée partie de l’équipe de Philippe Etchebest. Tant pis pour Hélène Darroze et Michel Sarran: après tout, c’est l’ex-rugbyman qui aura avalé les kilomètres pour rencontrer et tester les apprentis recommandés par leur prof ou leur mentor. Et comme le chef est fidèle à ses protégés, il s’est adjoint les services de Camille Delcroix, vainqueur l’an passé sous ses couleurs. Le Ch’ti coachera les petits nouveaux lors des épreuves finales d’Objectif Top Chef. D’ici là, pendant sept semaines, 84 jeunes passionnés morts de stress vont vivre “leur” moment à la chaîne, à raison de trois candidats par jour et d’une petite finale par semaine. Un feuilleton quotidien qui vaut bien Demain nous appartient et Un si grand soleil

Sur le même sujet
Plus d'actualité