Le retour des muncheries

L'avocate frondeuse incarnée par Isabelle Nanty fiche le boxon dans l'appareil judiciaire. Et on aime ça.

Munch TF1

Maître Gabrielle Munchovski a du talent, du bagout, de l’expérience, un sixième sens et une ténacité sans bornes. Pratique dans son métier. Et utile pour ses clients enlisés dans une situation compliquée. Car Munch a une préférence pour les cas désespérés, les innocents qui ont une tête – et un dossier – de coupable. Comme Vincent Lainé (JoeyStarr), lesté à la fois d’un casier judiciaire et d’un fils de 8 ans. Quand on l’accuse du meurtre d’une jeune fille, il sait que Noa risque de se retrouver en foyer et il perd les pédales, au point de prendre en otage une avocate en plein Palais de justice. Coup de chance, il est tombé sur Munch, très vite convaincue qu’il faut chercher le vrai coupable ailleurs…

Cela pourrait être une série française comme les autres, mais heureusement il y a un mais, qui a la forme d’Isabelle Nanty. Cette petite femme intense et volontiers bougonne sait ce qu’elle veut. Son personnage aussi. Il faut dire qu’il a été imaginé pour elle et qu’elle a aidé à le construire. Plus inspirée par l’idée de justice que par les contours du droit, Munch est un esprit libre, et n’hésite pas à prendre des risques pour obtenir gain de cause. Au début de cette saison 2, elle est d’ailleurs suspendue depuis six mois. Derrière l’humour qui baigne la série, il y a une vraie contestation, servie par une comédienne qui sait le poids des mots et celui des non-dits. « Mon personnage n’aime pas être dans les clous et ses «muncheries» ne sont pas près de prendre fin. Pourquoi s’assagirait-elle? Elle n’a rien à perdre… Elle se bat au nom des principes fondamentaux de la démocratie, des droits de l’homme, de la liberté de chacun à être défendu. Hélas, la justice ne va pas assez vite pour elle. Contourner les règles lui permet d’aller plus vite que l’administration ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité