Confessions d’un timide à un timide

MC Solaar est toujours debout. Sauf ce vendredi, où il s’assied dans le divan de Marc-Olivier pour remonter le temps… et le tempo.

divan_solaar_belga

Difficile de dire ce qui a motivé MC Solaar à se confesser chez Marc-O Fogiel. Depuis qu’on a fait sa connaissance en 1991 avec l’album “Qui sème le vent récolte le tempo”, l’artiste a montré de la réserve à chacune de ses apparitions. Apparemment, ce grand timide se soigne. Et sans doute le succès de son (huitième) album “Géopoétique”, sorti il y a un an, lui a donné envie d’en raconter plus sur ce qui le guide, l’énerve, l’amuse, le blesse ou le pousse à prendre la plume. Pendant longtemps, on a cru que l’homme avait perdu foi en sa prose, tant son absence – en dehors de ses passages aux Enfoirés – devenait signifiante. Mais les retrouvailles nous ont rappelé que l’ami Claude en avait encore sous le coude, qu’il restait à l’écoute de son époque et que, dans ce grand western moderne qu’est le monde, il avait toujours quelques jolies flèches verbales dans son carquois. Un peu farouche, peut-être. Mais aussi profondément sincère. De quoi en faire un excellent client pour le divan quasi nocturne de France 3, où l’on verra si l’as de l’interview parvient à (faire) piquer son cœur.

Sur le même sujet
Plus d'actualité