Place au grand homme – Un jour un destin: Robert Badinter, un cri de révolte

Ce Un jour un destin consacré à Robert Badinter montre l’engagement en action.

destin_badinter_f2

Catherine Deneuve, Fabrice Lucchini, Michel Delpech, Line Renaud, Robert Badinter… Cherchez l’intrus! Cette nouvelle saison d’Un jour un destin semblait délibérément jouer dans le people. Le film d’Alexis de La Fontaine change le ton et remet en avant un homme d’État. On y découvre combien certains progrès sont récents. Combien certaines lois n’allaient pas de soi. Combien il a fallu de courage pour obtenir des droits qui aujourd’hui nous apparaissent comme des évidences. L’avocat restera toujours associé à ce discours de septembre 1981. Alors Garde des Sceaux, il plaidait avec fougue pour l’abolition de la peine de mort. Et il l’a obtenue! L’incarnation du tribun, c’est lui, plus même que Lucchini. Homme politique total, socialiste éternel, il sera aussi militant de la cause homosexuelle. On lui doit aussi un travail de fond sur la Loi: le Code Pénal, la Convention européenne des Droits de l’Homme (enfin des droits humains) portent son empreinte. Son épouse, Élisabeth (qui parle en tant que compagne, paradoxe des paradoxes), ainsi que ses deux fils Simon et Benjamin, nous racontent l’homme côté privé, avec ses luttes et ses blessures. Badinter est un homme de colères, de style et d’envolées. On croise, au fil des images d’archives et des interviews d’époque, d’autres grandes figures. Il y a Mitterrand et les stars de cinéma. Il y a aussi Klaus Barbie et la rafle du Vél’d’Hiv. Un très beau portrait, qui balaie une histoire contemporaine dont le souvenir s’estompe. La soirée se poursuivra avec un entretien exclusif du politicien de 90 ans par Laurent Delahousse. Un jour, un destin n’a jamais aussi bien porté son nom.

Sur le même sujet
Plus d'actualité