Le meilleur pâtissier sera-t-il belge cette année ?

La nouvelle saison du Meilleur Pâtissier démarre ce lundi. Deux belges seront en cuisine. Pâtisserie phosphorescente et gâteau à la broche sont au menu.

Marie Etchegoyen © RTL / M6

C’est le rendez-vous de tous les gourmands. Le meilleur pâtissier revient avec ses tartes merveilleuses et ses gâteaux sublimes. Grande première : deux belges tenteront de remporter le concours, Valériane et Aline. Bien que rivales dans cette émission, elles ne se tireront pas dans les pattes. « Je ne vois pas l’émission comme une compétition. On vit tous le même stress, ça tisse des amitiés fortes », explique Aline.

Compagnes de galère, elles découvrent un univers captivant mais aussi plein de contraintes. « Les caméras sont tout le temps gênantes, on ne peut pas les oublier », dit encore Aline. En s’inscrivant, il est difficile de juger à quel point être filmé peut être handicapant. Valériane explique qu’elles doivent expliquer tous leurs gestes, et parfois ressortir le gâteau du four une deuxième fois parce que la caméra n’a pas pu filmer ce moment. Et quand elles ratent une pâtisserie, pas d’autre choix que d’arborer un beau sourire. Une situation assez frustrante et qui sera sans aucun doute diffusée. Les ratés amènent de la tension et une certaine urgence.

Cette saison réserve aussi de nouvelles épreuves. Parmi elles, le gâteau à la broche, une pâtisserie phosphorescente ou encore une préparation sur le thème du Royaume-Uni. « Le niveau n’est pas à la hausse mais c’est à chaque saison c’est très différent. Ici ,il y a beaucoup de nouveautés. On est toujours content de voir qu’on fait quelque chose d’inédit », dit Aline. Au-delà de tout le stress qu’engendre les épreuves et leurs timings, il y a un moment particulier où les candidats sentent leur cœur battre. « Quand Cyril Lignac met sa cuillère dans sa bouche puis qu’il la lâche, il y a toujours un temps d’attente qui suit. Il patiente bien que les caméras soient braquées sur lui pour réagir, c’est un suspense insoutenable. On a hâte de savoir si ce qu’on a fait est bon », s’amuse Valériane en se remémorant ces moments.

Après tous ces instants intenses où elles ont dû se surpasser, il en ressort une grande satisfaction et beaucoup de bons souvenirs. « J’ai adoré l’épreuve en duo. C’était plus rassurant. Si on se plantait, on se plantait à deux, et si on gagnait c’était à deux aussi ». Elles ont accumulé beaucoup d’expérience grâce aux différents conseils donnés par des grands chefs. Malgré ça, Valériane ne se voit pas faire de la pâtisserie son métier. « Donner des petits cours de pâtisserie de temps en temps pourquoi pas mais ça doit rester un hobby, une passion ». Elle continuera donc son travail d’institutrice et nul doute que ses élèves lui feront des remarques sur l’émission. Elle avoue aussi son côté chauvin. « Quand je regarde une émission la première chose que je regarde c’est : qui est le belge ? ». Coup de bol : on pourra déguster cette saison avec deux fois plus de doux arômes belges.

Sur le même sujet
Plus d'actualité