Tête-à-tête avec Romy

Arte fait très fort en diffusant une spéciale Romy Schneider avec, en point d’orgue, un documentaire inédit traçant un portrait intime d’une intensité rare de la star.

romy_belga

Romy Schneider… Fragile et forte à la fois. Déchirée entre ses deux pays, l’Allemagne et la France. Entre ses traumas d’enfance et son désir fou d’être reconnue enfin pour ce destin d’actrice qu’elle sait pourtant fait pour elle. On a tout dit sur Romy. Trop. Inventé aussi, pour vendre du papier. Raison pour laquelle, alors qu’elle est une star immense en 1976 (elle tutoie Visconti, a déjà remporté un César de la meilleure actrice pour L’important c’est d’aimer, a joué avec les plus grands…), elle décide de ne plus accorder d’interview. Sauf en cette soirée du 12 décembre 1976, où elle se confie au micro de la féministe engagée Alice Schwartzer.
Romy a 38 ans. Elle entend mettre les choses au point. Avec les fans, ses détracteurs, le monde. Et surtout avec elle-même. “Je veux que ton article sur moi choque tout le monde”, martèle-t-elle à son interlocutrice. Schwartzer a confié les extraits de cet entretien sonore avec Romy à Patrick Jeudy et l’homme en a composé un documentaire riche et intense, Conversation avec Romy Schneider, à partir d’archives rares (comme cette vidéo privée d’Eva Braun où l’on voit Magda Schneider, la mère de Romy, poser tout sourire aux côtés d’Hitler qu’elle rencontrera souvent). Au fil de la discussion de Jeudy avec Schwartzer se dessine un portrait de femme émouvant, plein de paradoxes, gai et douloureux à la fois. Depuis les débuts innocents dans Sissi, son exil en France en 1958 pour l’amour (Delon) et pour fuir un passé nazi et une mère qui l’instrumentalise pour se racheter une virginité. Adulée et rongée par la solitude et le doute. Jusqu’au bout. Il ressort tout de même de cet extraordinaire moment intime passé avec Romy (en plus des films diffusés cette semaine, comme le rare Portrait de groupe avec dame où elle incarne une femme libre en bute au conformisme de la société allemande) une très forte frustration: celle de ne pas avoir entendu la totalité de cette fameuse conversation qu’elle a eue avec Alice Schwartzer.

Plus d'actualité