Le meilleur pâtissier, la tente des tentations

Pluie. Boulot. Embouteillages. Lorsqu’on pâtit de l’automne, c’est le moment du Meilleur pâtissier !

meilleur_patissier_rtl_tvi

On ne change pas une formule qui fonctionne. La sixième saison du concours gourmand a battu des records d’audience sur RTL. Le premier épisode avait même écrasé 50 Nuances de Grey, avec 439.011 téléspectateurs fidèles au poste. Sa reconduction était une évidence, même si les déclinaisons (célébrités, professionnels) risquaient d’épuiser la poule aux œufs d’or. Re-voici donc l’original, qui ne bouge pas mais évolue. Comme chaque année, des mini-changements vont soumettre les 12 candidats à de nouveaux défis. Ils étaient 3.000 au casting, ne sont restés que les meilleurs. Les meilleurs en cuisine comme les meilleurs profils, puisque le panel propose un savant et très télégénique mélange d’influenceurs, d’échantillons représentatifs de la population et personnalités attachantes et talentueuses. La mayonnaise a pris.

Au fil des épisodes, on verra se constituer une vraie bande de potes solidaires dans les épreuves. Là où les autres programmes récoltent les racuspotages avec délice, la production du Meilleur pâtissier joue la carte des gentils. Mais ne fait pas pour autant dans la guimauve. Ce programme rassurant, réconfortant comme un chocolat chaud, passe en effet ses participants sur le gril. Les “revisites” de Cyril et les horribles épreuves techniques de Mercotte vont être à nouveau épouvantables, stressantes et source de somptueux ratages. Et les candidates belges, la rêveuse Aline et surtout l’incroyable Valériane nous promettent de belles surprises. Un petit plaisir coupable et régressif comme un mille-feuille. Mais sans les calories! On prolonge même l’orgie par l’émission “off” qui suit, où se dévoilent workshops, astuces et commentaires en coulisses.

Sur le même sujet
Plus d'actualité