Une nouvelle nuance de Red

Pas le choix, le "héros" de Blacklist s'offre un nouveau départ dans cette cinquième saison flambant neuve.

blacklist_tf1

Et si, finalement, c’était là un mal pour un bien? Alors que Red Reddington (James Spader, Avengers : l’ère d’Ultron) entame la cinquième année de Blacklist, le voilà complètement ruiné ! L’ex-criminel, qui avait décidé du jour au lendemain de collaborer avec le FBI, jette l’éponge en ce début de salve et se prend du bon temps. Au grand dam de l’agence fédérale américaine qui désespère de le voir reprendre du poil de la bête.

« Avec cette saison 5, quelque part, on fait table rase du passé, explique Jon Bokenkamp, le scénariste en chef de cette fiction policière lancée en 2013. Toute une galerie de sales types va vouloir profiter du fait qu’il soit blessé de cette manière ». Faut dire que le truand a aussi besoin de se retrouver. Car ce que tout le monde suspectait a fini par se révéler vrai : l’agent Elizabeth Keen (Megan Boone), avec laquelle il avait demandé à travailler à l’origine, est bel et bien sa fille. De quoi donner un nouveau relief à leur relation dans ces inédits. « Liz » parviendra-t-elle à accepter d’être l’enfant du diable ?

Autre événement remarquable, le retour de Tom (Ryan Eggold) dans les intrigues. On s’en souvient, le personnage avait hérité de sa propre série, Blacklist: Redemption, diffusée il y a plus d’un an sur RTL-TVI. Las, le spin-off n’a pas trouvé son public et a été annulé au bout de huit chapitres seulement, en laissant ses fans sur une question essentielle en suspens, concernant l’identité des parents de son héros. « Nous allons résoudre cette interrogation dans ces épisodes », promet Jan Bokenkamp. L’explication aura-t-elle un lien avec cette mystérieuse valise, contenant des ossements, qu’on a découverte précédemment ? Autant dire que cette mallette et son contenu inattendu vont occuper toute cette clique pendant un bon moment, en attendant la sixième fournée déjà sur les rails.

Plus d'actualité