Nouvelle tête, vieille affaire

Complément d'enquête change de visage, mais entame la rentrée avec un certain… Grégory.

complment_denqute_f2

Le mercato a rendu son verdict : Thomas Sotto quitte le fauteuil rouge de Complément d’enquête pour rejoindre Léa Salamé dans L’émission politique. Son remplaçant s’appelle Jacques Cardoze, dont on connaît surtout le visage grâce à ses interventions en duplex dans le JT de France 2, puisque le journaliste a notamment été envoyé spécial à Londres, puis à Washington. Un CV parfaitement raccord avec l’ambition – intacte – de l’émission : aborder des dossiers de société par le biais de reportages fouillés et rigoureux.

L’air de rien, le magazine entame sa dix-huitième saison, et son quatrième présentateur ne changera rien à l’ouvrage. Tant que le fond est costaud, peu importe celui qui le relaie. C’est néanmoins une (très) vieille affaire qui est chargée de rameuter les téléspectateurs en cette rentrée : celle du petit Grégory Villemin, que la France est définitivement incapable d’enterrer. Un dossier maudit depuis trente-trois ans, qui a déjà coûté plusieurs centaines de milliers d’euros en frais d’enquêtes, d’expertises ou d’analyses ADN.

Cette fois, ce sont les magistrats qui sont convoqués à la barre, soit les symboles de cet interminable fiasco judiciaire. L’ombre du juge Jean-Michel Lambert est évidemment pesante, lui qui fut saisi de l’affaire dès le lendemain de la découverte du corps et qui se suicidera trois décennies plus tard. Il y a aussi le juge Fallot, jadis inexpérimenté, rêvant de gloire et récoltant des tempêtes, enchaînant les bévues et allant jusqu’à trahir le secret de l’instruction pour faire parler de lui. Il y a encore le juge Simon, dont le journal intime révélera une personnalité tourmentée, obsédée par le fantôme de Grégory comme l’Hexagone le reste aujourd’hui. Il y a tout ça, et puis, il y a la vérité, quelque part, peut-être, un jour, qui sait…

Plus d'actualité