Narcos en version française

Doc Shot nous propose une rencontre avec ces Français qui parcourent le monde… et font du trafic de drogue leur métier.

doc_shot_belga

Doc Shot consacre ses deux prochains numéros à une plongée au cœur d’un secteur où nos voisins français tirent joliment leur épingle du jeu. Un secteur tellement lucratif que l’on imagine le président Macron, très porté sur les valeurs du travail et de la méritocratie, terriblement fier de l’esprit d’entreprendre de ses compatriotes. Mais il ne peut décemment pas s’en réjouir publiquement, le marché en question étant celui du trafic de stupéfiants à l’échelle mondiale. Un marché dérégulé, surfant sur l’instabilité politique de certains États et à l’affût de la moindre faille du système financier, qui représente le rêve de tout utopiste ultralibéral.

Si on a l’habitude d’associer la grosse moustache et le teint hâlé des Sud-Américains façon Narcos au trafic de drogues, c’est bien une poignée de Français qui tombent le masque pour ce documentaire exceptionnel. Éparpillés aux quatre coins du monde, qu’ils dirigent un réseau en Colombie, jouent aux chimistes aux États-Unis ou aident à passer la douane paraguayenne, on les retrouve à chaque étape de la chaîne de production. Et ils règnent en maîtres sur cette industrie, surfant sur la mondialisation pour en maximiser les profits. Frédéric Ploquin et Julien Johan reviennent sur les origines de ce business estampillé made in France, et sa création durant l’Indochine française, jusqu’aux montagnes de cash qui peuplent aujourd’hui certains entrepôts abandonnés. Pour ce faire, ils ont rencontré ceux qui composent cette mafia, mais également ceux qui gravitent autour ou tentent de la combattre. Trafiquants, indics, policiers et experts se succèdent pour mettre en lumière le business le plus rentable du banditisme. La première partie, diffusée ce soir, raconte l’histoire des “pionniers” français. La suite jeudi prochain.

Plus d'actualité