Les rois de la voltige

Troisième saison pour Ninja Warrior, le parcours des héros. Avec des obstacles inédits et des nouvelles règles.

ninja_warrior_tf1

Pas moins de 20 000 personnes ont tenté leur chance lors des qualifications de cette troisième saison de Ninja Warrior made in France. Seuls 250 ont été élus pour passer à la télé et s’élancer vers ce parcours des héros – on est d’accord, « héros » est un bien grand mot – qui promet bides et frissons. Des nouveautés? Il y en a beaucoup. D’abord du côté de l’animation, puisqu’il s’agira de la première saison sans Sandrine Quitter, qui a quitté TF1 il y a quelques mois. Elle est remplacée par un atout glamour: Iris Mittenaere, qui porte la double couronne de Miss France et de Miss Univers, et qui se chargera ici de papoter avec les candidats sur la ligne de départ. Les superviseurs masculins, eux, sont fidèles au poste: Denis Brogniart et Christophe Beaugrand jouent les commentateurs espiègles comme personne, vu qu’il n’y a aucune raison de prendre tout cela trop au sérieux…

Autres changements: les obstacles. Sur un parcours de 7000 mètres carrés, apparaîtront des cubes de cristal, des cylindres d’acier ou encore des montagnes russes. Mais surtout, dès le début du parcours, les voltigeurs auront un choix cornélien (et tactique) face à eux: opter pour une épreuve qui demande équilibre et vitesse, ou une qui sollicite plutôt la force des bras. Il faut également noter que, lors de la finale, désormais, on appliquera une règle déjà en vigueur dans la version américaine du programme: pour éviter un épilogue 100 % masculin, la meilleure des participantes féminines des demi-finales accédera d’office à l’ultime émission. On signe. Et on attend donc avec impatience que cette flopée d’anonymes et de people (dont Yacine ou Tiffany, ex-candidats de Koh-Lanta) se prennent leurs premières gamelles… Il ne faut pas se mentir: c’est aussi (surtout?) pour ça qu’on regarde.

Sur le même sujet
Plus d'actualité