Un seul être vous manque…

Privée de son héroïne, Vampire Diaries peine à se renouveler dans son avant-dernière saison.

vampire_doc

Stupéfaction en 2015 chez tous les aficionados de Vampire Diaries: Nina Dobrev annonce son départ de la série qui l’a érigée au rang de star. Une décision que l’actrice avouera avoir prise par peur de “s’enfoncer dans un train-train” et à laquelle les scénaristes n’étaient pas vraiment préparés. Comment faire survivre le show sans son personnage central? Certains ont déjà réussi ce pari: Charmed a survécu au départ de Shannen Doherty, Homeland à l’absence de Damian Lewis, The Good Wife à celle de Josh Charles ou Grey’s Anatomy à celle de Patrick Dempsey. Leur défection n’a entravé ni le succès ni la qualité de ces séries… au contraire de Vampire Diaries.

Privé de son héroïne, le show se recentre donc sur les survivants du trio initial. Après avoir enfermé dans un cercueil la belle Elena, désormais plongée dans un sommeil profond suite à un sort lancé par Kai, le méchant de la sixième saison, Damon et Stefan (Ian Somerhalder et Paul Wesley) doivent faire face à une nouvelle menace: les hérétiques. Des vampires-sorciers dirigés par Lily, la mère des deux Salvatore, et bien décidés à imposer un règne de terreur à Mystic Falls. Cela n’a malheureusement pas suffi pour réveiller l’intérêt de la série. Les épisodes se suivent et se ressemblent… Même les états d’âme de Damon, soutenu par Bonnie, ne parviennent pas à rehausser le niveau. L’échec s’est d’ailleurs ressenti dans les audiences, qui dépassaient à peine le million de téléspectateurs. Petite éclaircie pour les fans de la première heure: la saison 8 – qui sera également la dernière – verra revenir Elena Dobrev pour une conclusion en beauté. Et il n’est pas exclu que nos héros fassent une apparition dans Legacies, le spin-off de The Originals (lui-même dérivé de Vampire Diaries), qui démarre à la rentrée aux États-Unis.

Sur le même sujet
Plus d'actualité