Mobilité douce, ils disaient

Le trajet compte autant que la destination, la preuve avec les roads trips de Routes mythiques.

routes_mythiques_rtbf

On en a à peine fini avec le Tour que le premier épisode de ce soir nous remet en selle. Heureusement, ce documentaire est une toute autre aventure que la Grande Boucle. Pas de peloton, pas de caravane, pas d’échappée et pas de contrôle anti-dopage. Juste un homme sur sa bécane, qui accomplit un rêve d’enfant et avale 942 km de bitume et 3000 m de dénivelé (ressenti: 30.000 au moins). Stéphane Jacques, journaliste, filme ici sa grande traversée des Pyrénées à vélo en suivant la fameuse Route des cols. Elle ne vous dit rien? Vous ne connaissez qu’elle! Elle est scandée par les cauchemars des cyclistes: Aspin, Aubisque, le Tourmalet. 34 montées monstrueuses qui emmènent de l’Atlantique à la Méditerranée. Au fil des lacets, on se gorge de paysages à couper le souffle, lunaires dans les sommets, parfumés au romarin dans les vallées.

Le récit passe de l’exploit sportif à l’aventure humaine et, comme tout road trip qui se respecte, se jalonne de rencontres et de découvertes. On y apprend que le tracé remonte à Napoléon III et à la mode du thermalisme. On s’émerveille de l’exploit, en regrettant un peu que désormais, les voyageurs pressés en aient déserté les cimes pour arriver vite à la plage. Puis surtout on y découvre le Pays basque et on le voit se transformer en Terre cathare. L’histoire à la force du mollet! On prend le temps, en 52 minutes, de savourer la beauté de la nature et des gens. “Si tu penses avec tes pieds, cette route, elle te déglinguera. Si tu marches avec ta tête, alors cette route, elle te requinquera” dit un berger. Après 52 minutes, on comprend pourquoi Stéphane Jacques a sous-titré son reportage Une promenade de santé. Mens sana in corpore sano, ajoute-t-on en songeant à sortir la bicyclette du garage. Un joli moment de vacances volées.

Plus d'actualité