Losers gagnants

Avec ses personnages déjantés et un Robert Pattinson épatant, Good Time nous offre un polar noir complètement décalé.

good_time_be

Pour tous ceux qui en douteraient encore, la saga Twilight qui a fasciné des millions d’ados entre 2008 et 2012, c’est bel et bien du passé pour Robert Pattinson! L’ex-beau vampire l’a encore prouvé avec Good Time, où il livre une prestation géniale en braqueur de banques minable qui embarque son frère, mentalement déficient, dans ses combines pourries et se retrouve entraîné dans une cavale complètement déjantée. Autant dire qu’avec un pitch pareil, le film a fait l’effet d’un véritable ovni en compétition à Cannes en 2017, pour le plus grand plaisir des amateurs de propositions décalées qui aiment voir la Sélection officielle sortir des sentiers battus. Il est vrai que les frères Safdie, coréalisateurs, connaissaient déjà la Croisette pour y avoir présenté deux de leurs longs métrages à la Quinzaine des Réalisateurs. Avec son humour noir, ses airs de polar fiévreux et la relation intense entre deux frères au parcours de losers, Good Time se voit doté d’un titre parfaitement adéquat: il permet en effet de passer un très bon moment!

Sur le même sujet
Plus d'actualité