Le faux blond

L’histoire d’un joyeux pitre de 83 ans qui a bien du mal de se défaire de son personnage ingénu et maladroit.

pierre_richard_arte

C’est fou comme certaines phrases proférées par des gens de passage peuvent tout et ne rien dire à la fois. Sur les bancs de l’école, le jeune Pierre, très dissipé, a pris l’habitude d’amuser la galerie. Son professeur lui affirmera: “Si vous continuez à faire le pitre, vous ne ferez jamais rien”. Le cinéaste Yves Robert, en le rencontrant à ses débuts dans les cabarets parisiens, aura une formule différente: “Tu n’es pas un comédien, tu es un personnage.” En 1970, Pierre-Richard Defays, dit Pierre Richard, s’est inspiré de ces deux qualificatifs pour devenir LA vedette comique du cinéma français. Il l’a fait, et ça, ce n’est pas rien. Malgré cette belle revanche, en cinquante ans de carrière, Pierre Richard reste connu du grand public pour Le grand blond et La chèvre. Un aspect de son œuvre a été occulté par son immense succès: l’homme a réalisé sept films dans lesquels il joue également. Dans chacune de ces comédies burlesques, il apporte une charge satirique féroce sur les mœurs de son temps. Derrière sa poésie clownesque se cache un fin observateur du monde… un engagé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité