L’inspecteur Internet – Wisdom: tous contre le crime saison 1

Et si les citoyens unissaient leurs informations, en ligne, pour aider à résoudre des crimes?

wisdom_doc

L’été est l’occasion pour les chaînes de diffuser les programmes dont elles n’espèrent pas grand-chose. Des séries annulées très rapidement, par exemple, comme c’est le cas de Wisdom: tous contre le crime. Ou l’histoire de Jeffrey Tanner (Jeremy Piven), un génie de l’informatique qui, suite au décès de sa fille, crée un réseau participatif révolutionnaire. Facebook, Twitter ou Pinterest n’ont qu’à bien se tenir. Avec “Sophie”, les internautes peuvent fournir des informations sur des crimes. Un algorithme puissant plus tard, le malfrat est (presque) sous les barreaux. Au fil des épisodes, Jeffrey Tanner, sa technologie et son équipe prêtent donc main-forte aux forces de l’ordre.

Wisdom of the Crowd (le titre original et celui d’un livre célèbre) est basé sur le principe que la somme des opinions de la foule a plus de chance de donner naissance à une bonne décision qu’un avis individuel (on ne voit pas du tout en quoi cette assertion est dangereuse, n’est-ce pas les réseaux sociaux?). La fiction, adaptation du programme israélien éponyme, avait néanmoins un pitch très séduisant. Elle présentait de solides bases pour devenir une série policière prisée, même si pas franchement originale. Pourtant, Wisdom: tous contre le crime ne compte que 13 épisodes. Le feuilleton a été annulé après que Jeremy Piven (trois Emmy Awards et un Golden Globe pour Entourage, Mr Selfridge) a été accusé d’agressions sexuelles. Suite à l’affaire Weinstein, huit femmes ont témoigné d’abus de la part de l’acteur qui, de son côté, nie tout en bloc. Certains faits, étalés sur ces trente dernières années, ont eu lieu sur des tournages. La CBS, qui diffusait la série, n’a donc pas hésité longtemps, et a arrêté une production qui, de toute façon, n’avait pas encore trouvé son public.

Plus d'actualité