La grande messe du Tour de France

Première télé pour ce documentaire dédié aux supporters de vélo, lauréat du Prix du Public lors du récent Brussels International Film Festival (BRIFF).

messe_belga

Ce devait être un court métrage, c’est devenu un long, et la RTBF en propose une version spécialement destinée au petit écran. Qui, période du Tour de France oblige, tombe évidemment à pic. Tourné l’été dernier autour du col de l’Izoard, ce documentaire rend hommage à ces fanas du Tour de France qui, une dizaine de jours avant le passage des coureurs, viennent garer leur camping-car. Avec comme double prétexte: d’une part, la meilleure place stratégique pour suivre leurs champions et d’autre part – et surtout -, passer quelques jours de vacances.

Eux-mêmes rodés à l’événement qu’ils suivent depuis l’adolescence, Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier, les deux réalisateurs, observent de près et depuis longtemps ceux qu’ils considèrent comme des pèlerins des temps modernes. “Pour mettre en boîte ce film”, explique le deuxième, “Nous avons nous-mêmes entrepris un voyage en camping-car sur les routes du Tour, pour repérer des types de profils intéressants. Cela nous a permis de tourner en équipe réduite et ainsi d’être en intimité avec eux.”

Façon Strip-Tease, La grande messe circule ainsi de Jacques à Dédé, d’Annie à Christian, en passant par Jacky ou Jojo. Des gens simples, qui se livrent comme si la caméra n’était jamais présente. Et pourtant. “C’était loin d’être toujours évident!”, précise encore Rosier, “Car nous ne les connaissions pas. Et si nous étions là pour travailler pendant deux semaines, eux étaient d’abord là en vacances. Il leur a donc fallu être particulièrement compréhensif et généreux.” En résulte un documentaire mêlant le cocasse, le drôle – et le pathétique. Et qui, s’il ne révolutionne pas le genre, se laisse regarder. C’est l’été.

Sur le même sujet
Plus d'actualité