Le pire des contes de féés

Marie-Thérèse de France passa du faste de Versailles au pire des cachots…

secrets_histoire_belga

Il était une fois une princesse née au cœur de Versailles: Marie- Thérèse de France. Elle porta bien des noms durant son existence – de Mousseline la Sérieuse à Charlotte Capet en passant par la duchesse d’Angoulême ou la comtesse de Marnes. Elle est surtout la fille aînée de Louis XVI et Marie-Antoinette. L’enfant, née en 1778 au sein d’un couple qui peinait jusque-là à donner la vie, est couvée et gâtée au sein de la cour. Cette vie de privilégiée s’arrête brusquement alors que Marie-Thérèse n’a que dix ans. La Révolution la réduit au statut de prisonnière. La jeune femme a 14 ans lorsque son père, sa mère et sa tante sont exécutés. Son frère, le dauphin, décède quelques mois plus tard des suites d’une tuberculose. L’adolescente, seule rescapée de la famille royale, est très populaire malgré la destitution des siens. On la considère comme une héroïne romantique et on la surnomme “l’orpheline du Temple” (elle était enfermée à la prison du Temple, ancienne forteresse parisienne).

Le personnage devient encombrant pour les nouveaux dirigeants de la France. La demoiselle est donc forcée à l’exil mais ne cesse jamais de pleurer sa France natale. Elle croit toujours à la monarchie et joue un rôle important pour la restauration de la royauté dans l’Hexagone. Marie- Thérèse force alors l’admiration de Napoléon, disant d’elle qu’elle était “le seul homme de la famille des Bourbons”. Par la suite, la fille de Louis XVI fut considérée comme “reine de substitution” et devint dauphine. Mais elle n’accéda jamais au trône et termina sa vie en exil, à 72 ans. De titre en titre, de pays en pays, celle qui avait tout perdu lors de la Révolution mena une existence aussi triste que courageuse.

Sur le même sujet
Plus d'actualité