HAN immersion…

Au fil des épisodes, c'est une nouvelle perception de la faune et de la flore qui s'offre à nous.

han_rtbf

Le projet est né suite à un documentaire, tourné en 2016 avec Tanguy Dumortier (Le Jardin extraordinaire), sur les bisons européens réintroduits en liberté en Roumanie. Le réalisateur, Sébastien Derave, fait alors la connaissance de deux rangers du parc animalier du domaine des Grottes de Han, qui l’inspireront pour H.A.N. Les initiales de la série documentaire se réfèrent au lien existant entre les trois sujets principaux de la série: les hommes, les animaux et la nature. Dans le premier épisode, nous découvrons deux grands passionnés: Étienne et Anthony. C’est grâce à eux que Sébastien Derave a pu tourner en équipe réduite pendant quatre saisons dans des conditions optimales. Le métier de ranger, c’est bien plus qu’un humain qui travaille à l’observation, au bien-être et à la protection des animaux introduits en pleine nature: c’est avant tout une philosophie de vie.

La série documentaire nous invite dans les coulisses du Domaine des grottes de Han. Elle ne se centre pas uniquement sur le quotidien des rangers du parc animalier mais révèle également la face cachée du domaine. Une équipe attentive prend soin des dix-sept kilomètres de galeries, dans lesquelles le guide Harry éclairera notre lanterne. En revanche, ses collègues de la réserve, Étienne et Anthony, auront l’occasion de passer du côté obscur pour y découvrir un aspect tout aussi sauvage.

Parmi les rencontres marquantes de Sébastien Derave, outre le personnel bienveillant, il y a Jean-Louis. Ce cerf au prénom composé a “permis” au réalisateur de suivre toute la période de son brame. Des moments uniques et forts en émotions, il y en aura à foison. Comme ce bébé glouton en difficulté ou cette nuit enneigée partagée avec des loups.

Sur le même sujet
Plus d'actualité