Chair de poule

Le reportage “Les kamikazes de la cause animale” fait son retour dans l’émission Grands reporters. Cette fois-ci, en version longue.

gds_reporters_animaux_belga

En septembre 2017 encore, un abattoir à Izegem a été fermé suite aux révélations d’une association de défense des droits des animaux, Animal Rights. Des vidéos d’une violence qui n’étonne presque plus, mais qui choque toujours autant. Si nous sommes aujourd’hui habitués à visionner de telles images, c’est parce que des militants enquêtent, s’infiltrent et révèlent les abus, pour les exposer au grand jour. Ce sont eux que Michaël Miraglia et son équipe de Reporters ont rencontrés.

Pendant plus de six mois, ils ont filmé de près les actions de deux associations emblématiques. À Lyon, L214, qui défend les animaux utilisés dans la production alimentaire pour en faire de la viande, récolter leurs œufs ou leur lait. En mer, ils montent à bord du Sam Simon, bateau bariolé de la Sea Shepherd, ONG internationale de défense des écosystèmes marins. Ses actions d’envergure sont mondialement connues et son capitaine-fondateur Paul Watson, qui apparaît à l’écran, est aussi recherché par Interpol que par ceux qu’ils dénoncent. En Belgique, c’est Gaia qui fait figure de référence en la matière. Son président, Michel Vandenbosch, témoigne, au micro de Michaël Miraglia, des menaces que suscitent les enquêtes de l’association.

Diffusé pour la première fois en janvier 2017, le reportage de 34 minutes durera cette fois-ci près d’une heure, faisant la part belle aux détails et images d’ambiance coupés au montage. Nécessaires à la compréhension de leurs actions, ces minutes supplémentaires aèrent un reportage jusqu’alors dense en informations et entretiens. Un reportage nécessaire, qui donne des frissons, puisqu’il exhibe les coulisses de notre industrie alimentaire, ainsi que ceux qui œuvrent pour la rendre “plus humaine”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité