Retiens la nuit

Le 16 mars, sous le plafond étoilé du Grand Rex, Sylvie Vartan revisitait ses tubes et ressuscitait Johnny. 

vartan_grand_rex_belga

Entourée par 9 musiciens et 3 choristes, la chanteuse de 73 ans va tenir 19 titres, plus de deux heures trente, sans faiblir ni perdre le plaisir. La scène, cela fait plus de 56 ans qu’elle l’arpente. Ce soir-là, dans le spectacle mis en musique par son mari Tony Scotti, Sylvie donne le ton d’emblée, avec Le bon temps du rock’n’roll qu’elle offre à un public de fans plus tout jeunes mais plutôt vifs. La showgirl à l’américaine sait y faire: lancers de micro, jetés de crinière blonde, coups de pied… Ça bouge et ça fait bouger la salle. Le moment attendu arrivera en troisième partie. Sylvie Vartan troque la veste en lamé pour un smoking noir et rend hommage à Johnny Hallyday.

En tout, elle reprend 10 de ses chansons, qu’ils ont d’ailleurs souvent déjà chantées en duo. De la polémique de l’héritage, il n’en sera pas fait mention. On verra juste des images vidéo du rockeur, de David, de Nathalie Baye et de Laura Smet. Puis des photos d’eux, du couple mythique des sixties: “Nous avons grandi ensemble, nous avons vécu des moments inoubliables sur scène et même si la vie nous a séparés, rien n’a pu altérer notre amour et le respect que nous avions l’un pour l’autre.” Sur J’ai un problème, un hologramme ressuscite le taulier. Techniquement imparfait mais très émouvant pour la salle et l’interprète, qui entame un medley de sept chansons qui déchaîne la foule (Noir c’est noir, Retiens la nuit, Que je t’aime, Gabrielle…). La soirée s’achève sur L’hymne à l’amour et Je ne regrette rien, à deux, à l’Olympia en 2009. Un pur cadeau aux babyboomers, nostalgique mais pas gnangnan. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité