L’éternelle Vadrouille

Plongée dans les coulisses de l'un des plus gros succès de l'histoire du cinéma français.

vadrouille_prod

Avec dix-sept millions d’entrées en France en 1966, La grande vadrouille sera resté pendant plus de trois décennies recordman dans le genre, jusqu’à la sortie du fameux Titanic. C’est pour célébrer le demi-siècle du film, que le documentaliste Jean-Pierre Devillers a souhaité marquer le coup en tentant de saisir les raisons de ce triomphe, et l’importance qu’il a pu avoir pour plusieurs générations d’acteurs. Quelques-uns d’entre eux ont ainsi été conviés pour témoigner, de Bruno Solo à François Berléand, en passant par François-Xavier Demaison, Dominique Besnehard, Michel Boujenah ou Antoine Duléry. « Le film parle à toutes les générations, à toutes les catégories d’âges et à toutes les couches de la population. C’est cette capacité à fédérer que nous voulions surtout mettre en évidence, et rappeler aussi, qu’il a été le premier film à traiter la seconde guerre mondiale au travers de l’humour« , en explique le concepteur,

Au-delà de ces impressions et de retours toujours intéressants sur les lieux, le document s’articule autour d’une des rares survivantes de la fabrication de ce chef-d’œuvre de la comédie, la fille du réalisateur, Danièle Thompson (76 ans), coscénariste du film, qui livre avec son éternel bagout et une certaine nostalgie quelques anecdotes sur cette épopée tournée dans un esprit bon enfant. Certes, comme les extraits ou les images d’archives réutilisées pour l’occasion, la plupart d’entre elles sont connues voire archiconnues, et leur intérêt dépendra tout du degré de connaissance que chacun a du film. Rien de bien neuf sous le soleil donc, pour les fans de la première heure qui l’avaleront presque par réflexe, mais d’autres, notamment les plus jeunes, qui découvrent aujourd’hui Bourvil et Louis de Funès, pourront tout à fait l’apprécier…

Sur le même sujet
Plus d'actualité