La mort sera notre métier

Devenir croque-mort, ça s’apprend. À l’école des pompes funèbres nous dévoile cette formation particulière.

pompes_funebres_f2

Ils sont 18, entre 20 et 50 ans. La salle de classe n’a rien d’une crypte ni de la salle d’op’ de Six Feet Under. C’est un local moderne, avec des pupitres, des profs qui donnent des leçons… Et deux cercueils accrochés au mur. Durant quatre semaines, les étudiants y sont initiés à tous les aspects des métiers du funéraire. Un pan entier de réalité insoupçonnée se déroule sous nos yeux. Stupéfaction, fascination, effroi, voire abîme métaphysique, on reste scotché! Le travail des agents des pompes funèbres se révèle terrible… Et l’étape “mise en bière”, avec ses injections de formol, ses curetages et son ravalage de façade au maquillage extra-couvrant n’a finalement pas l’air d’être la plus éprouvante. La rencontre et l’accompagnement de la famille en deuil semblent être autrement compliqués à gérer. Les candidats sont soumis à des jeux de rôles pédagogiques… Et coachés à la vente – cynisme commercial quand tu nous tiens. Un film surréaliste, signé par la réalisatrice Zoé Cauwet, dont on vous recommande aussi Les vigilantes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité