Wonder woman : femme de pouvoir

Loin de la Wonder Woman des années 70, Gale Gadot incarne une superhéroïne aux idéaux féministes affirmés.

wonder_woman_be

Pour tous ceux qui ont connu ce temps “que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître”, Wonder Woman, c’était une série kitsch bricolée, avec Lynda Carter (Miss Monde 1972 tout de même) qui faisait la toupie pour se transformer en jolie sauveuse du monde, plantée dans un slip bleu à la bannière étoilée et des bottes sexy de Mère Noël.

Mais aujourd’hui c’est surtout une superhéroïne de DC Comics, qui avait déjà fait son petit tour de présentation dans le très peu mémorable Batman vs Superman. L’amazone Diana (puisque c’est sa réelle identité; on la voit d’ailleurs au début du film subir un entraînement dur comme ça dans un paradis idyllique, histoire de tenir le vilain dieu de la guerre à distance) a droit à un film pour elle toute seule sous l’égide de Patty Jenkins, une réalisatrice qui a suivi la route ouverte par Kathryn Bigelow pour mettre en scène encore mieux que ses homologues masculins des “films d’hommes”. Entendez par là films de bagarres musclées. Déjà voilà ceux-là remis à leur place. Et autant dire que l’on va être servi, car de spectaculaire il sera bien question durant quasi deux heures et demie d’aventures trépidantes, et ce dès l’arrivée de Diana/Wonder Woman dans une Europe ravagée par la Première Guerre mondiale.

Mais au-delà du divertissement qui fait la part belle à l’humour, c’est le regard féministe de ce Wonder Woman 2.0 qui interpelle. Gale Gadot, actrice sportive au regard déterminé, excelle à montrer, entre deux tatanes, son incompréhension d’un monde fou dominé par des mâles obsédés par le fait de se taper dessus. S’il n’en est pas à un paradoxe près (Gadot, ancien mannequin, reste quoi qu’on le dise sexualisée durant tout le film), cet excellent action movie, qui connaîtra sa suite l’année prochaine, augure sans doute enfin d’une plus grande présence féminine devant et derrière la caméra dans les années à venir. C’est pas une bonne nouvelle, ça?

Sur le même sujet
Plus d'actualité