Séries : où sont les LGBT ?

La plupart des personnages de séries nous ressemblent. Que ce soit le héros drôle, touchant ou l’héroïne qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, ils sont là pour qu’on s’identifie à eux. Mais qu'en est-il des personnes de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuel, transexuel) ?

tv-2964103_1920

Quelle place ont les personnages issus de la communauté LGBT dans les séries ? Dans le rapport publié par GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation) pour l’année 2017-2018, dans les séries américaines des grandes chaînes (comme CW, FOX, NBC…) il n’y avait qu’environ 9,8% de personnages LGBT. Cela veut dire que sur 901 personnages qu’ont compté les séries cette année, seuls 86 étaient soit lesbienne, gay, ou autre. Et c’est le taux le plus haut depuis que GLAAD a commencé ses rapports ! Si on continue à analyser ces chiffres, on constate que ce sont les hommes homosexuels qui sont les plus représentés avec 40 personnages contre 21 lesbiennes, 22 bisexuels, et deux transgenres.

Pourquoi c’est important ?

Depuis quelques années, on constate qu’il y a de plus en plus de personnes se revendiquant comme faisant partie de la communauté LGBT. Une étude réalisée en 2016 montrait que 10% de la population en Europe ne se considérait pas comme hétérosexuel. À l’époque, ça faisait quand même 74,14 millions de personnes. Et parmi ceux-ci, les jeunes de 14 à 29 ans sont en général les plus nombreux à affirmer ne pas être entièrement hétérosexuel.

Du coup, pour tous ces jeunes, se voir si peu représentés dans les séries, c’est un peu comme s’ils n’existaient pas. En plus, les histoires impliquant des personnages LGBT peuvent améliorer la tolérance. Forcément, plus on verra de personnages LGBT, moins on considérera ça comme un sujet “tabou” et plus ça sera accepté. C’est encore plus vrai pour les enfants. D’ailleurs, il y a toujours eu des personnages LGBT dans nos dessins animés préférés. Voici une petite liste (non-exhaustive) des personnages homosexuels, bisexuels, etc.

Sailor Moon : là aussi, plusieurs personnages ont été identifiés comme LGBT :
•    Œil de poisson (si, si, c’est son nom) : le méchant habillé de manière féminine est intéressé par les hommes.
•    Kunzite et Zoisite : le couple est ouvertement homosexuel dans la série.
•    Sailor Uranus et Sailor Neptune : dans la version originale, les deux personnages sont ouvertement lesbiennes et en couple. Cependant, dans de nombreux pays, cette relation a été censurée et les deux jeunes femmes sont devenues cousines.
•    Sailors Starlights : les 3 guerrières, assignées femmes à la naissance, se désignent comme des hommes dans la vie de tous les jours.

via GIPHY

On compte aussi des personnages LGBT dans Card Captor Sakura, le laboratoire de Dexter, où plus récemment dans La légende de Korra, où Korra elle-même est bisexuelle.

Pour les jeunes, voir ces personnages à l’écran peut aussi permettre d’ouvrir un dialogue avec leur entourage sur le thème de l’orientation sexuelle.

Et les stéréotypes ?

Le problème de la représentation LGBT dans les séries, c’est que parfois – voire souvent – les personnages sont très stéréotypés. Mitchell et Cameron dans Modern Family en sont le parfait exemple. Le couple gay de la série est décrit comme efféminé, aimant la mode et est souvent dans l’exagération. Et c’est pareil pour les autres personnages gays de la série.

Comme on peut le constater dans cette vidéo, la plupart des LGBT présents dans les séries sont blancs. D’après le rapport de GLAAD, sur les 86 personnages, il y a 17 noirs, 8 latinos, 3 asiatiques et 3 “multiraciaux”. Donc si on compte bien, il y a 55 gays, lesbiennes, bisexuels ou transexuels blancs, soit 64%. Et évidemment, ces statistiques ne correspondent pas à la réalité. En fait, pour que le personnage LGBT soit correctement représenté, il faut qu’il passe le “Vito Russo Test”. Similaire au test de Bechdel, qui examine le degré de sexisme au cinéma, le test Vito Russo définit trois critères pour qu’un film ou une série soit LGBT-friendly.

 1.    Le film contient un personnage qui est identifiable comme lesbienne, gay, bisexuel, transgenre et/ou queer
 2.    Ce personnage ne doit pas être défini uniquement ou principalement par son orientation sexuelle ou son identité de genre (c’est-à-dire qu’il comprend le même type de traits de caractère couramment utilisés pour différencier les personnages hétéros/ non transgenres les uns des autres)
 3.    Le personnage LGBT doit être lié à l’intrigue de telle manière que son retrait ait un effet significatif, ce qui signifie qu’il n’est pas là pour faire des commentaires, montrer une certaine authenticité urbaine ou (peut-être le plus souvent) mettre en place une punchline. Le personnage doit avoir de l’importance.

Un exemple de série qui passe le test : Brooklyn Nine-Nine. Le capitaine Holt est identifiable comme gay (1), mais est principalement défini par son métier (2) et son retrait aurait de l’importance (3).

Une série qui ne passe pas le test : Riverdale. Kevin est identifiable comme gay (1), ce n’est pas principalement par ça qu’il est défini (même s’il a un peu le rôle du “meilleur ami gay”) (2) mais son retrait n’aurait aucun impact réel sur l’intrigue.

Les shows LGBT-friendly

Oui, les shows LGBT-friendly ça existe. Voici les plus beaux exemples :

Grey’s Anatomy : Eh oui, malgré son apparence très soap opéra à la “je t’aime moi non plus”, la série est engagée à bien des niveaux. Que ce soit pour traiter du racisme, du sexisme ou encore de l’homophobie, la série de Shonda Rhimes dénonce. Parfois c’est subtil. Comme dans l’épisode où Meredith et Dereck, mais aussi Callie et Arizona se marie, de deux façons différentes (un mariage rapide pour les premiers et un mariage en grande pompe pour les deuxième) mais montré en parallèle, sans mettre en avant l’un où l’autre. Et parfois c’est moins subtile, comme quand Callie confronte son père sur son homosexualité.

Orange is the New Black : quand on combine des personnages haut en couleur et un espace confiné, ça fait des étincelles. Avec une intrigue centrée autour des femmes de la prison de Litchfield, la série est totalement LGBT-friendly. De nombreuses détenues sont lesbiennes, une est transsexuelle (jouée par Laverne Cox, elle-même transexuelle), bref, il y en a pour tous les goûts.

Sense8 : c’est la série qui montre aux gens qu’il est important d’accepter les autres. Si elle se centre sur huit personnes, une en particulier retient l’attention des LGBT : Nomi. La transexuelle, née Michael, est un personnage clé de la série. D’une part, parce qu’on peut la voir avec sa copine Amanita, mais aussi parce qu’elle n’est pas acceptée telle qu’elle est par ses parents. Et quand elle parle de la Gay Pride, ça donne ça :

Voici aussi quelques séries à venir :
Pose (sortie le 3 juin). Plongez dans la vie new-yorkaise des années 80 et dans différents univers sociaux : de l’émergence de l’ère Trump, en passant par celui de la luxure et surtout celui des “ball culture”, une sous-culture de la communauté LGBT.

Transparent (sortie le 22 septembre). La saison 4 arrive bientôt. C’est l’occasion de revoir les trois premières (et excellentes) saisons. On se replonge dans les notions d’hommes et de femmes, en suivant l’histoire de Maura, cette femme transsexuelle de 70 ans. Un vrai délice !

Will and Grace (sortie automne 2018). Si la série originale avait déjà eu droit à huit saisons dans les années 2000, son revival à l’air de susciter le même intérêt. On y retrouve les mêmes personnages (Will l’avocat gay et Grace sa meilleure amie), avec des thèmes en plein dans l’actualité. La neuvième saison a su captiver les foules, si bien que la dixième saison est prévue pour cet automne a augmenté son nombre d’épisodes et qu’une onzième saison vient d’être annoncée.

Donc oui, des séries qui mettent en avant des personnages LGBT, ça existe. Les chaînes ont en effet commencé à comprendre l’importance de leur représentation, même si ce n’est toujours pas suffisant. Il faut quand même donner un bon point à Netflix, qui est le plus “LGBT-friendly”, avec 46 persos.

Sur le même sujet
Plus d'actualité