Belgique/Portugal : laissons faire Martinez

Non, Nainggolan ne sera pas là, on sait. Mais faisons notre deuil et let's the show begin!

foot_martinez_reporters

« Booouh le méchant Roberto Martinez il a pas repris Nainggolan!” Dans un pays plutôt habitué à s’extasier des débats de comptoirs qui naissent du football français, la sélection du coach catalan pour le mondial russe parue à la fin du mois de mai a cette fois déchaîné les passions. Sa décision de ne pas emmener Radja Nainggolan en Russie a failli déclencher des émeutes et a fait perdre leur sang-froid à bons nombres de supporters et journalistes. Mais il falloir faire avec (ou plutôt sans). Il est donc temps de faire son deuil de la plus grosse frappe et du look le plus improbable du football mondial, et de préparer, dans la joie et la bonne humeur, le plus bel évènement de l’année!

Cela passe par un premier match amical à l’allure alléchante face à un adversaire spectaculaire et habitué des grands rendez-vous. En affrontant le Portugal de Cristiano Ronaldo, champion d’Europe en titre, Martinez s’offre une belle occasion de faire taire les critiques. S’il parvient dès aujourd’hui à mettre en place ce qu’il veut voir dans deux semaines en Russie, l’Espagnol jouira enfin d’un petit crédit et pourra souffler. Encore que… puisque dans la foulée du match il devra annoncer sa sélection définitive, renvoyant cinq joueurs à la maison. Une rencontre capitale donc pour les outsiders de la liste initiale qui jouent leur Mondial sur nonante minutes (voire moins). Le football a cela de cruel qu’il n’est que l’enchaînement d’ascenseurs émotionnels. C’est finalement mercredi, face à l’Egypte, que l’on pourra réellement juger du niveau de ceux qui nous représenteront en Russie. D’ici là, une chose est certaine, que l’on remporte cette Coupe du Monde ou que l’on soit lamentablement éliminé, ce ne sera pas uniquement dû au choix de Martinez de laisser le Ninja partir en vacances.

Sur le même sujet
Plus d'actualité