Soirée théâtre : La garçonnière puis la 30e nuit des Molières

Un trio savoureux dans une pièce qui détonne et une maîtresse de cérémonie tout en élégance.

garconniere_f2

Guillaume de Tonquédec excelle toujours dans le rôle du loser un peu pincé mais pour qui le public a beaucoup de tendresse. Il joue Monsieur Baxter, employé au sein d’une grande compagnie d’assurances new-yorkaise. L’“american dream” est un concept bien ancré dans les esprits. En quête d’un peu de reconnaissance et dans l’espoir de bénéficier d’une augmentation, il accepte de prêter son appartement à ses supérieurs hiérarchiques. Sans scrupule, ces derniers profitent de la naïveté de Baxter et transforment le logement en une véritable garçonnière. Les négociations se corsent lorsque Jeff D. Sheldrake, campé par Jean-Pierre Lorit, exige l’exclusivité du bien contre une jolie promotion. Le fidèle salarié ne peut pas refuser cette offre tant espérée. Manque de pot, le patron a qui Baxter vient de confier les clés fricote avec la demoiselle qu’il convoite.

L’interprétation candide et sexy de Claire Keim n’a rien à envier aux prouesses de Shirley MacLaine dans le film éponyme de Billy Wilder, sorti en 1960 et dont la pièce est adaptée par Judith Elmaleh (la sœur de) et Gérard Sibleyras. Les changements de décors savamment pensés renforcent l’esthétisme et ouvrent une nouvelle perspective géographique, un peu comme au cinéma. Dans cette machinerie bien huilée, le trio de comédiens est irréprochable. Il s’agit de l’ultime représentation de la pièce retransmise en direct depuis le Théâtre de Paris. Même si le théâtre à la télévision perd toujours un peu de sa saveur, il y a peu de chance de la voir autrement! Après le baisser du rideau, Zabou Breitman prend les rênes de la seconde partie de soirée avec la présentation de la 30e Nuit des Molières depuis la salle Pleyel. La cérémonie récompense les acteurs et les spectacles de théâtre les plus remarquables de la saison.

Sur le même sujet
Plus d'actualité