Coûte que coûte : louée soit la voiture

Sur nos routes se croisent de plus en plus de véhicules loués par des particuliers. Un bon deal? Coûte que coûte envisage l'affaire...

voitures_belga

La voiture est aujourd’hui devenue, en même temps qu’un élément essentiel de la vie quotidienne, un gouffre financier pour certains ménages, qui ont du coup tendance à délaisser leur auto et à chercher des alternatives. Mais si, pour les vrais citadins qui parviennent à limiter le nombre de kilomètres qu’ils parcourent chaque année, se passer de voiture est possible, pour les autres elle reste pratiquement indispensable. Le secteur automobile, qui ne pouvait pas laisser ses clients potentiels privilégier des modes de transports alternatifs sans esquisser la moindre réaction, a ainsi élargi les possibilités de location longue durée. Très présente depuis de longues années dans les avantages proposés par les sociétés à leurs employés, la location de véhicules s’est ouverte aux particuliers fin 2015 et connaît actuellement un succès croissant.

C’est compréhensible tant, sur papier, les avantages sont nombreux et alléchants: un premier apport nettement plus faible suivi de mensualités raisonnables, un large panel de services compris dans le pack et la certitude de disposer d’un modèle récent. De plus, quand on sait que les premiers tours de roues dévaluent notre voiture de plus de 25 % de sa valeur initiale et ce qu’elle coûte à l’année, être propriétaire semble tout sauf un bon plan. Mais évidemment, on n’en est pas encore à “louer” la bonté gratuite des concessionnaires car les contraintes pour les utilisateurs existent. Entre un kilométrage limité et extrêmement cher si dépassé, des pénalités salées en cas de rupture de contrat et les frais de remise en état, le calcul peut s’avérer trompeur. Bref, si la location peut intéresser certains types de conducteur, elle ne constitue pas encore la solution miracle et l’alternative la moins chère reste indubitablement le covoiturage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité