Thomas de Bergeyck : « Je parle de l’actu royale comme elle est, positive ou gênante »

Le 19 mai approche. Toutes les chaînes capitalisent sur les noces de Meghan et Harry. Ça va envoyer de la guimauve et c’est l’occasion de retrouver Thomas de Bergeyck en pleine montée de sucre.

Thomas de Bergeyck ©BelgaImage

Sur le pont depuis des mois Thomas de Bergeyck serre les derniers boulons des éditions spéciales prévues sur RTL-TVI. “Ça va être un marathon de quatre heures, se réjouit l’animateur. Nous serons entourés de spécialistes, dans tous les domaines. Patrick Weber, pour le côté à la fois people et royal, qui sera très important ici puisqu’il s’agit du mariage d’un prince et d’une comédienne. Christian Cannuyer, théologien à la faculté de Lille, pro des religions comme du gotha, replacera les événements dans l’Histoire, alors que le porte-parole des évêques de Belgique, Tommy Scholtes, décryptera la messe anglicane. Puis on parlera mode et coiffure avec Édouard Vermeulen, qui habille la reine Mathilde et Jean D., qui la coiffe ! ” 

Avez-vous eu des instructions officielles sur ce que vous pouvez dire ou pas ?

THOMAS DE BERGEYCK – On est tout à fait libres. On proposera un portrait de Harry et on n’esquivera pas certaines périodes. On reverra son petit derrière rebondi à Las Vegas ! C’est fini, la bien-pensance, le ton lénifiant.

Place royale s’autoriserait-t-elle de telles libertés ?

L’émission est bien moins lisse qu’on ne le croit. Quand un magazine a sorti des photos de Kate seins nus en vacances, on en a parlé. Quand j’ai rencontré le prince consort Henri de Danemark. Il a râlé sur sa femme, dit des choses ignobles, et insisté pour qu’elles soient diffusées. C’était un moment surréaliste. Je ne me suis pas censuré, on a tout passé.

Ce serait possible avec la famille belge ?

On prend des précautions, mais depuis 2010 on n’a plus jamais caché un sujet, on n’a aucun tabou. Je ne supporterais pas qu’on me cache des infos, je n’en cache pas au téléspectateur. Il y a des choses qu’on ne raconterait pas mais parce qu’on n’est pas certain de leur exactitude !

Le Palais a-t-il son mot à dire ?

Il peut arriver qu’on nous fasse un petit commentaire a posteriori mais c’est très rare. Je parle de l’actu royale comme elle est, positive ou gênante. Je sais qu’ils ont tiqué quand on est revenus sur la Fondation Fabiola, mais c’était notre job et ils l’ont admis. La monarchie a compris qu’il était temps d’évoluer, d’être présente auprès d’un public le plus large possible. Elle doit être moins chiante.

La fin de Place Royale ?

Fin mars, des rumeurs ont filtré avançant la fin de l’émission. RTL nous a confirmé que Place royale sera à l’antenne en septembre. Mais n’a pas commenté la périodicité… Thomas de   Bergeyck: “L’avenir est très secret, je n’en sais pas beaucoup plus. La marque Place royale ne disparaîtra pas, mais il va y avoir du changement. Je n’ai pas les cartes en mains. Je sais qu’il y a une réflexion sur l’émission, je n’en connais pas les raisons mais évidemment les coûts entrent en jeu là-dedans. Ce n’est pas gai de voir des infos dans la presse. On se bat tous les jours pour garder le succès. C’est une émission unique, 100 % belge, 100 % RTL-TVI, qui a été inventée par notre chaîne, comme I comme d’ailleurs. Vous en connaissez beaucoup, aujourd’hui, des émissions dont le concept n’est pas importé?”

Sur le même sujet
Plus d'actualité