Le Tour de France des soixante-huitards

Daniel Cohn-Bendit veut comprendre ce qui compose la France d’aujourd’hui à travers ses héros du quotidien.

traversee_f5

Lorsqu’arrive le générique de fin, un simple petit élément de langage attire l’œil et donne un sens profond à la démarche de cette traversée: après le traditionnel “réalisé par”, auquel répond le nom du cinéaste engagé Romain Goupil, s’affiche un poétique “rêvé par Daniel Cohn-Bendit”.

L’ancien soixante-huitard a rêvé grand puisqu’il ambitionne de comprendre ce qui fait tenir la France aujourd’hui et ce qui la compose. En résulte un road-movie déroutant, où l’image parle autant que les héros ordinaires que le duo Cohn-Bendit–Goupil croise aux quatre coins de l’Hexagone, voyageant d’école en hôpital, de centre pour réfugiés en boulangerie. Et si le film n’est pas du tout une énième commémoration de Mai 68, la figure du mouvement revient néanmoins sur quelques-uns des lieux mythiques de la révolte étudiante et théâtres de ses premiers exploits. Durant plus de deux heures, Daniel Cohn-Bendit entre et sort du cadre, observe sans arrêt, écoute énormément, répond souvent, débat parfois. Il y a toujours au moins un visage dans le plan, qu’il fasse partie d’un tout ou qu’il en soit l’élément principal. On sent que, davantage que l’identité de leur pays, c’est la vie qui y règne sous toutes ses formes qu’ont voulu célébrer les réalisateurs.

La traversée ressemble à un film d’étudiants. Un film que deux copains de près de septante ans ont décidé de réaliser pour appréhender leur société et leur pays, sans aucun effet de montage, si ce n’est la coupe, sans quoi il aurait duré 8 heures. Régulièrement saturé ou trop bas, le son n’est pas soigné pour un sou, presque constamment parasité par le bruit de fond. Son aspect lent et contemplatif peut le rendre indigeste à un certain public, mais le film consiste en une réelle œuvre de cinéma-documentaire qu’il convient de regarder en toute connaissance de cause. Il a d’ailleurs été projeté en séance spéciale au Festival de Cannes il y a quelques jours. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité