Alerte à Malibu, le film

Alerte à Malibu se fait tailler le maillot dans une adaptation trash et la gent masculine en prend pour son grade…

alerte_malibu_betv_2

Les ralentis de pub, le soleil éclatant et la course de sauveteurs en maillot rouge sur la plage de sable fin, le sourire Pepsodent planté sur un corps athlétique. Et surtout Pamela Anderson, mannequin canadien blond aux seins siliconés. Voilà résumé l’essentiel des épisodes d’une des séries les plus ringardes de la télé des années 80, Alerte à Malibu créée en 1989. Alors si Hollywood s’est mis depuis quelques années à recycler, souvent sans la moindre inspiration, les vieux feuilletons télé (Les mystères de l’Ouest, Starsky et Hutch…), pourquoi donc Baywatch? Eh bien parce que la série, aussi inepte fût-elle, était suivie au mieux de ses audiences par plus d’un milliard de téléspectateurs par semaine (!) et que la nostalgie reste aujourd’hui une valeur très sûre, on a même inventé pour elle le vocable “vintage”.

Avec une promesse d’adaptation bien cra-cra (et de fait les gags du genre ‘le zizi coincé dans la chaise longue’ s’y suivent et s’y ressemblent), Seth Gordon dynamite de fond en comble la série pour la transformer en une grosse blague potache décomplexée pour ados. Et franchement, il faut avouer que l’on rit souvent. Mais ce plaisir coupable centré sur la lutte d’ego entre Mitch Bucannon (The Rock a repris le rôle de David Hasselhoff) et Brody, jeune champion de natation plutôt crétin (Zac Efron, parfait d’autodérision), s’avère plus fin qu’il n’y paraît. Avant l’affaire Weinstein et la déferlante #balancetonporc, il taille en effet littéralement en pièces la figure masculine héritée d’un système patriarcal dans un jubilatoire renversement des valeurs avec une femme drôle et pas potiche du tout, qui impose qu’on la regarde dans les yeux et pas ailleurs. Bien vu!

Sur le même sujet
Plus d'actualité