Macron président, la fin de l’innocence

Après le live face à Plenel et Bourdin, Emmanuel Macron commente son exercice du pouvoir.

illu_tv-181808

La communication et les relations entre médias et pouvoir sont au cœur du commentaire politique de l’ère Macron. Certes, on pourrait dire: rien de nouveau sous la Ve République ! L’interview présidentielle à la française se pose entre déférence assumée et agressivité mal placée, qui peinent à cacher les lacunes culturelles de l’exercice. Emmanuel Macron semble avoir pris son parti de ne pas subir les erreurs de communication de son prédécesseur. Il verrouille et crée le malaise… Il y a un an, l’élection du jeune Macron hystérisait. Un premier discours de victoire sur l’esplanade du Louvre et son surnom de Jupiter était acté. Non, ce n’est pas de l’humour belge !

Joyeux anniversaire Monsieur le Président. Une année au pouvoir mérite un premier bilan. C’est donc la démarche de Bertrand Delais et de France 3. Le documentaire Macron président, la fin de l’innocence retrace les neuf premiers mois d’exercice du pouvoir du chef de l’État français. Sa prise de fonction, sa première décision, ses rencontres avec Vladimir Poutine et Donald Trump, son discours sur l’Europe à la Sorbonne, les obsèques de Johnny Hallyday, l’attentat de Trèbes, ou encore, l’hommage national rendu au colonel Arnaud Beltrame, sont les sujets choisis par le réalisateur et soumis au commentaire de l’intéressé, mais aussi à d’autres acteurs, dont le Premier ministre belge, Charles Michel.

Il s’agit ici du troisième portrait, signé Bertrand Delais, consacré à Emmanuel Macron. Pour la première fois, il oppose à sa parole d’autres regards. C’était le minimum. Car celui que l’on dit “pro-Macron” vient d’être nommé président de la chaîne parlementaire LCP par l’Assemblée Nationale. Le film rejoint ainsi le cabinet des curiosités politiques.

Sur le même sujet
Plus d'actualité