Mongeville et Magellan, le retour

Le commissaire Magellan et le juge d'instruction Mongeville se retrouvent pour une affaire privée.

illu_tv-181803

Galeriste d’art extravagante, Delphine Lindbergh (Elisa Servier) a de quoi séduire. Plus jeune, elle fut d’ailleurs le premier grand amour de l’ancien juge d’instruction Mongeville (Francis Perrin) et du commissaire Magellan (Jacques Spiesser). Vingt ans plus tard, c’est en les affublant du sobriquet peu glorieux des « 2 M » qu’elle les convie à Bordeaux, pour un mystérieux rendez-vous. Les deux hommes – qui avaient déjà réuni 4,5 millions de téléspectateurs en novembre 2016 lors d’un premier crossover de leurs deux séries – ne sont pas grands amis, ce n’est pas un secret. Leurs retrouvailles sont glaciales et ça se comprend : nul ne peut se réjouir de la présence de son rival alors que sa dulcinée est en passe d’arriver. Les deux hommes commencent toutefois à se poser des questions à mesure que son retard prend des allures inquiétantes.

Le lapin officialisé, les deux hommes replongent dans la soupe professionnelle à l’annonce du meurtre d’un important collectionneur d’art de la région. Un crime qui aurait dû passer inaperçu, mais dont la résolution de l’affaire devient inéluctable pour Mongeville et Magellan suite à leur rencontre avec Sara Lindbergh. La fille de Delphine, dont ils ignoraient l’existence, leur confie la disparition inquiétante de sa mère. Voilà les deux hommes contraints de faire équipe pour retrouver leur amante commune, accusée d’avoir emporté la plus belle œuvre de sa galerie d’art. Dans les méandres de l’enquête, Mongeville et Magellan ajoutent une touche humoristique teintée de sarcasme qui rend leur relation délectable. Et si le réel but de cette affaire n’était pas justement de rassembler définitivement les deux anciens compères? Téléfilm « à la française », Un amour de jeunesse se regarde facilement, avec candeur mais sans prétention.

Sur le même sujet
Plus d'actualité